Saint Jean-Marie Vianney : du silence à la gloire – Homélie du Mardi de la 18è semaine du Temps ordinaire, 04.08.2020 Année A

Saint Jean-Marie Vianney : du silence à la gloire – Homélie du Mardi de la 18è semaine du Temps ordinaire, 04.08.2020 Année A

Saint Jean-Marie Vianney, prêtre

PREMIERE LECTURE – Lecture du livre du prophète Jérémie 30, 1-2.12-15.18-22
Psaume 101 (102) «Le Seigneur rebâtira Sion, il apparaîtra dans sa gloire. »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 15, 1-2.10-14

Aujourd’hui, nous faisons mémoire de Saint Jean Marie Vianney, connu sous le nom du saint curé d’Ars, et devenu patron de tous les curés. L’humilité et la pauvreté ont tout leur sens en Jean Marie Vianney considéré comme le moindre des prêtres, à cause de ses limites au sens strict du terme, mais personnage devenu pourtant célèbre grâce au don de soi dans la petitesse de sa vie.

En effet, les difficultés de Jean-Marie Vianney remontent à son adolescence. Il essuya pas mal d’échecs à devenir prêtre à cause de son inaptitude à pouvoir suivre un parcours d’études ecclésiastiques. Une fois devenu prêtre, il fut célèbre par ses insuffisances intellectuelles à travers ses sermons avec leur écriture enfantine truffée de fautes d’orthographe ; mais il fut aussi et surtout célèbre par sa sainteté hors du commun : vie d’ascèse, journée de plus de quatorze heures au confessionnal, comme si Dieu comblait par son Esprit Saint, ce qu’il y avait de vide intellectuel en lui, afin de rappeler à tous, combien le Seigneur emmène à la gloire, ce qui n’est rien aux yeux des humains.

Dieu nous façonne à sa guise. Ce n’est pas nier notre liberté d’existence que de se remplir des merveilles et de la grâce du Seigneur, au contraire, c’est faire preuve de sagesse. Cet autre type de sagesse consiste à savoir lire les aspects de notre vie à la lumière de nos forces et de nos faiblesses pour y déceler les éléments qui sont dignes de redonner du sens à notre existence. Malgré nos limites considérées parfois extrêmes au point d’être un obstacle à notre épanouissement, Il y a toujours en chacun de nous quelque chose de caché qui soit source de dynamisme et de vie. Si nos limites ne nous permettent pas de nous s’extérioriser dans un monde en proie à la reconnaissance des prouesses, notre pureté intérieure nous permettra au moins de marquer notre présence dans nos milieux de vie, même si cela se fait dans le silence imposé par les bruits de l’exhibitionnisme ambiant de ceux qui aiment brandir leur gloire personnelle. Avec Jean-Marie Vianney, nous apprenons qu’en matière de gloire, Dieu seul est habilité à déclarer qui en est le bénéficiaire.

Saint Jean-Marie Vianney, priez pour nous !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
48 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Le curé d’Ars à bien jamais ne jamais le devenir,en effet.Ses inaptitudes intellectuelles, surtout en ce qui concerne le latin aurait suffit largement à l’écarter définitivement.Tout au plus aurait-il pu devenir frère convers dans un monastère ou faire un très bon acolyte. Mais les voies de Dieu ne sont pas les nôtres, fort heureusement pour nous. Cela fut aussi le cas de Moïse, Paul de Tarse et tant de prophètes.Mais Dieu a son plan et chacun, chacune y est appelé à occuper la place que Dieu a préparée pour nous. A nous d’y répondre.Quel bel exemple que la vie du curé d’Ars,! Comme vous l’expliquez magnifiquement bien, cher Père Etienne, c’est la sainteté, l’humilité et l’ascèse, fruits de sa disponibilité à l’Esprit-Saint, qui ont fait de Jean-Marie Vianney le saint curé d’Ars proposé comme modèle à tous les curés.Puisse-t-il aider les prêtres dans leur difficile tâche de pasteurs et nous attacher tous, pasteurs et fidèles, à l’Unique Berger, le Christ.Merci Père Etienne.

Laisser un commentaire