Prions le Seigneur ! – Homélie du Samedi de la 6è semaine de Pâques, 23.05.2020 Année A

Prions le Seigneur ! – Homélie du Samedi de la 6è semaine de Pâques, 23.05.2020 Année A

PREMIERE LECTURE – livre des Actes des Apôtres 18, 23-28
PSAUME –46 (47) «Dieu est le roi de toute la terre»
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16, 23b-28

« Ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite ». Cette déclaration du Christ nous suffit largement pour revoir notre façon de prier, car si les apôtres ne savaient pas encore prier Dieu au nom de Jésus au moment où ce dernier s’adresse à eux, comment se fait-il que nous qui sommes héritiers de la foi en Dieu par le Christ, ayons du mal à voir nos prières exaucées au nom de Jésus ?

« Ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. » Ceci dénote d’une promesse infaillible qui nous rassure. Aucun apôtre ne pouvait douter des promesses du maître, car tous l’ont vu à l’œuvre, exerçant les actes qui dépassaient l’entendement humain. Tous ont aussi bien intégré la leçon sur la filiation entre Père et Fils, leçon dans laquelle Jésus précisait que nul ne peut aller vers le Père sans passer par Lui. La prière du « Notre Père » elle-même relevait déjà cette exigence du Christ, chemin du Père. En effet, «  Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », signifie la mission de Jésus au ciel et sur la terre dont le but est de faire connaitre son Père en vue de rassembler l’humanité des enfants dispersés à travers le monde. Telle est la volonté du Père. Il n’ya donc rien de nouveau dans ce que le Christ dit, car si rien de ce qui s’est fait par le Père ne s’est fait sans le Verbe (c’est-à-dire Jésus), alors ce Verbe reste la voie incontournable vers le Père.

« Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom » : chose normale de la part des apôtres, car comment demander quelque chose au Père par le Fils alors que le Fils est avec eux ? Sûr que nous ne faisons pas mieux non plus. Certaines de nos demandes adressées au Père ne font pas souvent allusion au Christ et restent donc inertes. Nous avons fortement besoin de nous mettre à l’école de la prière de Jésus.

« Demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite ». La première demande reste sans doute celle du disciple inconnu : « Seigneur apprends-nous à prier ». Une autre forme de prière consiste tout simplement à demander à Jésus de nous apprendre à prier selon son cœur. Si nous éprouvons souvent de la lourdeur à demander de l’aide à nos semblables parce que nous ne savons pas faire les choses, il ne doit pas en être ainsi avec Dieu : ni la honte, ni la peur de mal prier ne doivent nous empêcher de demander la grâce de la sagesse.

Demandons et nous recevrons !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
78 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Ah voilà, bien sûr la clé de la prière! tout le contraire de ce que nous faisons quand nous nous adressons à Dieu. Nous prions souvent comme des consommateurs, et nous attendons que Dieu donne ce que nous demandons.( qui peuvent être malgré tout des choses bonnes en soi). Mais nous omettons, en effet, de demander le don de l’Esprit, afin que nous puissions accueillir et réaliser ce que Dieu veut. Et tout cela, demandons le par Jésus, le Christ…Toutes les oraisons se terminent ainsi dans la liturgie, mais bien souvent, nous n’y faisons même pas attention, c’est comme si c’était une formule routinière, à laquelle on répond AMEN sans même réfléchir à sa signification. Merci Père Etienne, de nous remettre sur les rails avec tant de patience.

Laisser un commentaire