L’indissolubilité du mariage – Homélie du Vendredi de la 19è semaine du Temps ordinaire, 14.08.2020 Année A

L’indissolubilité du mariage – Homélie du Vendredi de la 19è semaine du Temps ordinaire, 14.08.2020 Année A

PREMIERE LECTURE – Lecture du livre du prophète Ézékiel 16, 1-15.60.63
Cantique d’Isaïe 12, 2, 4bcde-5a, 5bc-6 «Seigneur, tu reviens de ta fureur  et tu me consoles »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 19,  3 – 12

 « Des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent : Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? » Renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ! La question à elle seule laisse entendre qu’une telle pratique était déjà en vogue. À l’origine de ce malaise, le comportement abusif des hommes prêts à divorcer pour un oui ou pour un non, convaincus qu’ils sont des faiseurs de la loi en matière conjugale, au point où même Moïse a dû faire de la jurisprudence en la matière pour satisfaire les égos des hommes. Quoiqu’il en soit, l’existence d’une pratique ne justifie pas forcément son caractère légitime, ni en loi, ni en morale. Le Christ semble donc ne pas transiger sur les principes fondamentaux qui sont à la base du noyau familial.

« N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ?Première réaction du Christ qui fait allusion au livre de la Genèse. Cette réaction peut être sujette à plusieurs interprétations liées non seulement au principe originel de la vie conjugale et familiale, mais aussi à l’évolution de notre histoire où la liberté et le libertinage donnent lieu à de nouveaux modes d’union dont les auteurs sont les seuls à connaitre les tenants et les aboutissants. Nonobstant le constat amer de voir l’homme sortir des canons battis par Dieu lui-même au profit de ses pulsions, il n’en demeure pas moins important pour le Christ de rappeler à son auditoire que la vie conjugale est sacrée et qu’elle tient son ossature de l’intime liaison entre l’homme et la femme dont le garant principal est Dieu. En réalité Jésus ne fait que rappeler la cohérence de l’union conjugale fondée sur le principe de la création : dès le commencement Dieu les fit homme et femme, l’homme quittera son père pour s’attacher à sa femme, le résultat de cette union qui ne relève pas de l’ordre de l’addition matérielle, mais de la fusion sur la base des engagements mutuels, donne naissance à l’union sacrée, c’est-à-dire, à la constitution de « l’un » à partir de deux personnes. C’est ce que l’on appelle le mystère du mariage qui rend ce dernier indissoluble parce qu’il procède du projet de création de l’univers par Dieu.

Répudier sa femme pour n’importe quel motif relèverait donc tout simplement des caprices qui expriment parfois l’immaturité de certains hommes pour lesquels le mariage serait une balade sentimentale dont la longévité dépend du bon vouloir de l’époux. Et si le caractère contraignant du mariage fait peur aux apôtres, il va sans dire que Dieu n’a forcé personne à se marier à tout prix : « Il y a des gens qui ne se marient pas », nous dit Jésus, et ceci pour des raisons relatives aux aspirations de chacun. En bon entendeur…

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
44 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Il serait bon que les préparations des fiancés au mariage, mettent l’accent sur le projet initial de Dieu. Bien plus qu’une morale contraignante, elles pourraient aider à comprendre à quels grands desseins les couples et les familles sont appelés dès le commencement., ni plus ni moins qu’à participer au projet salvifique de Dieu. On est bien loin des procédures diverses pour satisfaire les parties lésées en cas d’échec. “Moïse vous a permis…à cause de votre dureté de coeur. Mais, au commencement, il n’en était pas ainsi. Tout au long de sa vie, Jésus passera son temps à rectifier le tir, à essayer de nous replacer dans l’orbite trinitaire à laquelle Dieu rêve de nous associer.Moise a dit…..Mais moi je vous dit…..L’Eglise est souvent accusée de ne pas être de son temps, de tout ignorer de la vie des couples et des familles. C’est parce qu’elle pousse la barre très haut, consciente que le mariage chrétien est signe de l’Alliance de Dieu qui se donne à son Eglise: don sans retour, qui n’interrompt jamais son Alliance.Pour cela, ii paie le prix fort le prix de l’Amour: son Sang versé, son Corps livré.C’est de tout cela qu’est signe aussi le mariage chrétien.Il est bon de le rappeler aux futurs époux.c’est là aussi leur dignité.

Laisser un commentaire