L’évangile pour les siècles – Homélie du Samedi de la 7è semaine de Pâques, 30.05.2020 Année A

L’évangile pour les siècles – Homélie du Samedi de la 7è semaine de Pâques, 30.05.2020 Année A

PREMIERE LECTURE – Livre des Actes des Apôtres 28, 16-20.30-31
PSAUME –10 (11) «Les hommes droits te verront face à face,Seigneur. »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 21, 20-25

L’évangile d’aujourd’hui est une suite du texte d’hier et c’est la fin de l’évangile de Jésus-Christ selon saint Jean que nous avons parcouru presque de fond en comble durant toute la période postpascale. L’apôtre Jean, présenté comme le disciple le plus aimé du maître écrit ce récit afin que celui qui croit que Jésus-Christ est Seigneur soit sauvé. La fin de son récit ressemble donc à une clef qu’il met sous le paillasson : tout est dit de Jésus pour que le monde croie en sa filiation divine. Tout est dit aussi des preuves de cette filiation à travers les actions de Dieu en Lui par des miracles dont le plus grand est la résurrection. Alors faut-il encore d’autres preuves à l’humanité pour que sa foi en Dieu soit complète ?

Jean semble répondre à cette question par la négative ; si les chrétiens que nous sommes, n’arrivons pas à faire preuve de notre foi après la lecture et la méditation de l’évangile, c’est-à-dire de la parole de Dieu, alors nous ne serons jamais convaincus. Il nous faudra encore de nombreux siècles pour atteindre l’expression de notre foi dans sa forme parfaite, le temps que l’humanité entière puisse contenir les autres écrits qui n’ont pas été mentionnés par les évangélistes. Et ce temps n’arrivera jamais car comme le dit saint Jean « le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l’on écrirait. » Ce qui en dit long sur la personne du Christ que le monde ne saurait contenir parce qu’il est grand plus que l’univers.

Que peut-on offrir de plus beau à celui qui nous aime, si ce n’est ce que nous avons de plus cher, et en premier lieu la confiance ? Souvenons-nous le texte d’hier ; à trois reprises Jésus a demandé à Pierre s’il l’aimait, et à trois reprises Pierre a répondu « oui ». Alors à trois reprises également Jésus lui a confié chaque partie de sa mission sur terre : « Sois le berger de mes agneaux, Sois le pasteur de mes brebis, Sois le berger de mes brebis » (Jean 21, 15-17)

A la fin du récit de cet évangile, saint Jean met en scène l’apôtre Pierre et le Christ. Il respecte ainsi l’intention et la volonté du maître au sujet de la succession apostolique. Si Jean est le disciple bien-aimé, Pierre est le disciple choisi pour paître le troupeau parce qu’il est le disciple sur lequel le Christ a décidé de construire son Eglise. Il n’ya donc pas d’amalgame dans l’Eglise du Seigneur, ni dans nos milieux de vie. Chacun de nous est destiné à une fonction précise à la place qui est la sienne sans que cela n’entraîne le déséquilibre de notre édifice qu’est notre société ou nos familles ; à condition que chacun respecte la fonction de l’autre.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
59 vues

Cet article a 5 commentaires

  1. Thérèse Moreau

    Chacun à sa place, à chacun son rôle ( et tous, sans exception, nous en avons un), pour que nous devenions harmonieusement le Corps du Christ. Cheminer et grandir dans la foi et la charité: voilà ce que nous pouvons demander à l’Esprit en cette fête de Pentecôte.
    Et , si j’ai bonne mémoire, voilà un enseignement que vous aimez rappeler avec patience. Merci de ne pas vous en lasser et très bonne fête de Pentecôte, double fête pour un Père spiritain.

  2. Hubert

    Message bien reçu, merci. Bonne fête de Pentecôte.

  3. ANNE DORETTE MAKOUKEU DJIKOU

    Il n’ya pas d’amalgame dans l’Eglise du Seigneur, ni dans nos milieux de vie. Chacun de nous est destiné à une fonction précise à la place qui est la sienne sans que cela n’entraîne le déséquilibre de notre édifice qu’est notre société ou nos familles ; à condition que chacun respecte la fonction de l’autre.

  4. ANNE DORETTE MAKOUKEU DJIKOU

    Seigneur Jésus, tu as un plan unique pour ma vie et personne d’autre que moi ne pourra le mener à bien. Je veux pouvoir te rendre témoignage comme tu le veux. Aide-moi, Seigneur, à être un témoin de l’Évangile qui témoigne de ma relation unique avec toi. Fais qu’aujourd’hui je te rencontre sur ma route ; que ton amour change mon cœur ; afin que je te suive partout où tu me guideras ; fais aussi que je communique aux autres la joie et l’espérance que tu as fait naître en moi. Accorde-moi d’être docile à ton appel. Accorde-moi d’y répondre de toutes mes forces, sans réserve, aujourd’hui et pour toujours. Amen.

    Sainte journée et bon week-end

Laisser un commentaire