La loi du Bon Samaritain – Homélie du 15è Dimanche du Temps Ordinaire C. 10.07.2022

You are currently viewing La loi du Bon Samaritain – Homélie du 15è Dimanche du Temps Ordinaire C. 10.07.2022

Deutéronome 30,10-14
PSAUME 68 (69),14.17.30-31.33-34.36ab.37
Colossiens 1,15-20
Luc 10,25-37



« Écoute la voix du SEIGNEUR ton Dieu, en observant ses commandements et ses décrets inscrits dans ce livre de la Loi (…), Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte. » cette déclaration de Moïse porte à croire que le peuple d’Israël avait un problème de fidélité à la Loi de Dieu. Pourquoi fallait-il que Moïse insiste sur le double caractère de l’écoute et de l’observance de la Loi de Dieu ?
Le testament spirituel de Moïse peut se résumer dans le livre du Deutéronome. Le contexte est celui de l’alliance conclue entre Dieu et le peuple : Dieu s’engage à protéger son peuple tout au long de son histoire, et en retour, le peuple s’engage à n’adorer que ce Dieu créateur du ciel et de la terre, par l’écoute de sa parole et la mise en pratique de sa Loi. Or, dans la pratique, le peuple ne respecte forcément pas ses engagements, et c’est là tout le problème.
Nous sommes naturellement sous l’emprise de la recherche des intérêts personnels, et nous nous servons de Dieu comme socle pour parvenir à nos fins. C’est un peu le jeu du peuple à l’endroit de celui qui l’a libéré de l’Egypte. C’est aussi notre jeu à l’endroit de Dieu dont les commandements, tant qu’ils nous servent pour parvenir à notre épanouissement personnel, ne sont plus bons à rien. Le docteur de la Loi dont nous parle l’évangile de ce dimanche n’est pas dupe, car l’identité du Christ signifiait que  le monde entier devrait définitivement être sous l’emprise de la Loi dont le Christ est le garant. Parlant du Christ, ce docteur de la Loi sait donc, comme le dit saint Paul, que «  Dieu a jugé bon qu’habite en lui toute plénitude et que tout, par le Christ, lui soit enfin réconcilié ». Ainsi que l’on soit Juif, chrétien ou pas, la seule loi d’amour envers son prochain est celle qui transcende l’appartenance politique, culturelle et socioreligieuse, au profit de la valeur de l’homme fait à l’image de Dieu. Demander donc à Jésus ce qu’il faut faire pour avoir la vie éternelle, c’est reconnaitre de façon tacite que Jésus est le chemin de la vie éternelle, parce qu’il est pour les hommes, l’image du Dieu invisible. La parabole du bon samaritain est donc tout simplement l’explication qu’en matière de vie éternelle, seule la Loi de Dieu est source de salut. Et cela passe par nos relations dans lesquelles s’accomplit une charité qui est au-delà des considérations de ceux qui partagent les mêmes loisirs ; c’est la loi du bon samaritain.


PATA KANGUE, CSSp

72 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Et le plus difficile, comme toujours, c’est la pratique ! Merci Père Etienne de nous rappeler l’essentiel de notre foi et de sa mise en pratique.

Laisser un commentaire