Homélie du 31è Dimanche du Temps Ordinaire C,  30.10.2022, « Le salut est un cadeau »

Sagesse 11,22 – 12 ,2
Psaume 144 (145), 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14

2 Thessaloniciens 1, 11 – 2, 2

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19, 1-10
 

L’histoire de Zachée n’a rien d’ordinaire, et pourtant elle en dit long sur notre état de petitesse appelé à prendre de la valeur face à la grandeur de Dieu. Cette histoire peut se lire sous deux formes : au sens propre et au sens figuré.

Le sens propre est celui qui est accessible à notre compréhension au premier regard. Zachée est publicain, c’est-à-dire un collecteur d’impôts et de surcroît il en est le chef. Etre collecteur d’impôts est peut-être le métier le plus prisé par les jeunes, car il rend riche au prix de l’usure et de la manipulation, mais ce n’est certainement pas le métier le plus respecté par le reste de la société, au regard de ses pratiques peu orthodoxes. Et Zachée le sait très bien, lui qui, devant le Christ, prend de la distance par rapport à tout ce que son métier peut avoir de salissant sur le plan éthique. Il reconnait d’abord Jésus comme « Seigneur », c’est-à-dire Fils de Dieu porteur de salut. C’est à partir de cette reconnaissance que le reste du discours de Zachée prend toute sa valeur ; accueillir Jésus le Seigneur, c’est accepter que le règne de Dieu est véritablement chez lui. La confession publique de Zachée peut alors avoir un sens et s’inscrit dans la recherche de tout ce qui est bon au milieu de ce qui ne l’est pas.

Le sens figuré de cette histoire n’est plus à rechercher, car Zachée accumule à lui seul tous les défauts et les limites qui le tiennent loin du Christ ; il est de petite taille, ce qui humainement parlant le pousse à se servir d’un arbre pour voir le Christ ; il est collecteur d’impôts, ce qui, du point de vue social le rend répugnant. C’est paradoxalement à partir de ces caractéristiques qu’il se dévoile aux yeux de tous, en prenant à contre courant une certaine opinion qui stipule que ceux qui sont de petite taille, le sont assez pour ne pas voir plus loin que le bout de leur taille. Or avec Zachée, la réalité nous apprend que lorsqu’on identifie ses limites, il faut savoir prendre les risques et les moyens nécessaires pour se surpasser, si l’on veut atteindre les objectifs nobles. Ceux qui sont de petite taille sont donc aussi capables de grande taille, aussi bien sur le plan éthique que  spirituel.

En choisissant d’entrer chez Zachée, Jésus montre que le salut est toujours un cadeau pour ceux qui croient, ceux qui transforment leurs limites en éléments de foi, et leur foi en action palpable.

Pata  KANGUE, CSSp

133 vues

La publication a un commentaire

  1. Mma Jeanne Thérèse

    Le désir réel de conversion par les actes, et la foi en Jésus Christ, Fils de Dieu, sont essentiels dans le processus de notre salut.
    Seigneur, vois ma misère, sauve-moi.

Laisser un commentaire