LA RESURRECTION AU FEMININ – Homélie du Mardi dans l’Octave de Pâques, 14.04.2020 Année A

LA RESURRECTION AU FEMININ – Homélie du Mardi dans l’Octave de Pâques, 14.04.2020 Année A

Première Lecture :- Lecture du livre des Actes des Apôtres 2, 36-41
PSAUME 32  «Toute la terre, Seigneur,est remplie de ton amour »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20, 11-18

La période postpascale nous ouvre à la contemplation des différentes étapes des apparitions de Jésus. On apprécie la façon presque magique avec laquelle les disciples (en l’occurrence Pierre), prêchent et opèrent les miracles à la manière du Christ, au point où nous en sommes arrivés à oublier qu’à la base de cette mission se trouve Marie Madeleine, figure symbolique de la femme dans l’annonce de la résurrection de notre Seigneur.

Crime de lèse majesté ou alors péché par omission ? Curieusement Marie Madeleine ne bénéficie d’aucune attention particulière de notre part dans cette pâques, ni de la part de Pierre qui oublie de mentionner dans ses prédications que c’est bien à Marie Madeleine que le Christ est d’abord apparu, la chargeant d’annoncer sa résurrection aux apôtres : « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.  Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : J’ai vu le Seigneur et elle raconta ce qu’il lui avait dit ».

Cependant, l’engagement courageux de Pierre nous rappelle celui de Jean-Baptiste: écouter la parole de Dieu, se convertir et être baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon des péchés. Ce schéma résume l’essentiel de notre credo et apporte à la vie de quiconque s’y conforme, la vraie connaissance de Dieu. Jean le Baptiste d’une part, annonçait la venue du messie, Pierre d’autre part annonce sa résurrection, mais une résurrection dont l’annonce, on ne le dira jamais assez, a été d’abord et en premier lieu confiée aux femmes. C’est à la femme que Dieu donne à travers la Vierge Marie, la lourde mission de faire entrer son Fils Jésus dans le monde, et c’est aussi à la femme que le Fils, à son tour, donne à travers Marie Madeleine, la lourde mission d’annoncer sa résurrection au monde en commençant par les disciples.

Qu’y-a-t-il donc à être mal à l’aise à l’idée de fonder l’annonce de la résurrection du Seigneur sur les déclarations d’une femme ? Possible que la fiabilité de cette annonce soit mise en doute du fait de sa nature féminine. Une chose est au moins certaine, en donnant mission à Marie Madeleine d’annoncer sa résurrection,  le Christ a Lui-même préalablement mis fin à ce qui pouvait dénoter d’un manque de confiance à l’endroit de la femme dans l’église. Notre Eglise a davantage besoin des femmes fortes, engagées, qui puissent être témoins de l’amour de Jésus dans le monde,  et Dieu seul sait qu’elles sont déjà nombreuses, toutes celles qui portent la mission du Christ, dans la discrétion ; les oubliées de cette Eglise qu’elles servent pourtant au prix de leurs énergies physiques, matérielles et financières. Elles ne demandent qu’un peu de… confiance !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp.
86 vues

Cet article a 4 commentaires

  1. Michel Sobgui

    Amen. Louanges à notre seigneur ressuscité.

  2. Augustine bakop

    Merci mon père pour cette homélie. On a souvent oublié que la femme est la mère de l’humanité. Voilà que le seigneur Jésus nous rappelle une fois de plus en faisant honneur aux femmes qui se sont rendues très tôt au tombeau. Il s’est révélé à elles.
    Merci seigneur ! Amen

  3. Geraldine Beukam

    Amen!

    1. Nyué mi Koloto

      Oui, la place de la Femme dans l’Eglise..
      Amina.

Laisser un commentaire