Seigneur, viens-nous consoler ! – Homélie du 14è Dimanche du Temps ordinaire, 05.07.2020 Année A

Seigneur, viens-nous consoler ! – Homélie du 14è Dimanche du Temps ordinaire, 05.07.2020 Année A

Première Lecture :- Lecture du livre du prophète Zacharie 9, 9-10
Psaume 144 (145) «Mon Dieu, mon Roi, je bénirai ton nom toujours et à jamais ! »
Deuxième Lecture : Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8, 9.11-13
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11, 25-30

La prédication de Zacharie se situe probablement à un moment trouble de l’histoire du peuple, ce serait un temps de guerre. Et le prophète fait donc ici ce qu’on appelle une prédication de consolation. Il rassure tous ceux qui sont dans la peine quant aux jours meilleurs que les gens attendent. Dieu enverra un roi qui apportera la joie à son peuple, dit Zacharie, et « ce roi fera disparaître d’Ephraïm les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat ; il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations. » Il ya des moments où, en pleine souffrance, nous perdons tout espoir de sortir de la chute. Tout devient difficile à supporter, même notre propre vie devient un calvaire pour nous, parce que l’horizon s’éloigne de plus en plus. Pour Zacharie, c’est le moment de se raccrocher à l’espérance d’une intervention de Dieu car, il n’est pas du tout agréable de vivre continuellement dans une situation de haine et de guerre, parce qu’elle n’apporte que désolation et déstabilisation à notre existence. Et si l’être humain ne fait pas attention, s’il ne lève les yeux vers Celui qui est le garant de sa vie, toute son existence risque de se transformer en succession de souffrances et de douleurs. Or Dieu n’est pas un Dieu de souffrances, mais de paix et d’amour. Il restaure la dignité de l’être humain par la joie de vivre et toute la prophétie consiste donc à annoncer cette joie en Celui qui vient au nom du Seigneur : Jésus-Christ Fils de Dieu.

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. » C’est la réponse que Jésus donne à la prophétie, mais plus encore à tous ceux qui n’en peuvent plus de croupir sous le poids des lourdeurs de la vie. Chacun aimerait que ces paroles lui soient adressées de façon personnelle, ce qui donnerait aussi l’occasion à chacun de nous de présenter toutes ses misères à Jésus de façon personnelle, car Il ya tellement de choses qui sont en opposition de phase avec notre foi, à tel enseigne que si le Christ lui-même ne nous vient pas en aide, nous plongeons dans le chaos. La prophétie de consolation de Zacharie se réalise dans les paroles du Christ : « je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. » La douceur et l’humilité du cœur du Christ nous rassurent du repos de notre âme. Si le Fils de Dieu en arrive à nous offrir les éléments essentiels pour notre bien-être quotidien, cela veut dire que les êtres humains que nous sommes, ne sont pas capables de douceur et d’humilité pour notre épanouissement commun. Selon saint Paul, une solution simple se présente à nous : vivre de l’Esprit du Christ afin de tuer « les agissements de l’homme pécheur » qui sont en nous. Nous atteindrons alors la consolation recherchée. Il ne faut pas grand-chose pour avoir la paix du cœur.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp.
50 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Quelle joie et quel réconfort d’entendre ces paroles de Jésus dans nos vies meurtries. Quelles que soient nos souffrances, et certains
    en vivent de terribles, ces paroles nous sont adressées. Mais parfois, nous ne les entendons pas, écrasés que nous sommes par le poids de nos misères, sans lumière à l’horizon. Lorsque les épreuves s’enchaînent, nous pouvons devenir sourds à l’aide que Jésus nous propose. Parce que , dans ces moments insurmontables, nous attendons purement et simplement que ces maux qui nous accablent cessent. Et il nous est impossible de faire confiance à qui que ce soit, même à Jésus. Pourtant, c’est Lui qui nous invite à aller à Lui, et Il ne parle jamais pour ne rien dire, Il tient toujours ses promesses. Vous dites juste, cher Père, lorsque vous dites que c’est l’Esprit Saint qui peut nous permettre d’aller à Jésus, de nous laisser consoler par Lui et de Lui faire confiance lorsque nous n’en pouvons plus. Merci, de nous le rappeler.

Laisser un commentaire