Homélie du 15è  Dimanche du T.O.A ; 16.07.2023,  « L’Espoir du Semeur»

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Commentaires de la publication :1 commentaire

Isaïe 55, 10-11

Psaume 64 (65), 10, 11, 12-13, 12b. 14
Romains 8, 18-23
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13, 1-23

« Voici que le semeur est sorti pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre. Ils ont levé aussitôt parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres grains sont tombés dans les ronces, les ronces ont poussé et les ont étouffés. »

De deux choses l’une ; soit il faut être fou, soit il faut être inconscient, pour agir comme ce semeur dont les réalités du terrain ne sont visiblement pas un obstacle à son action. Ni l’hostilité des différentes terres, ni la rudesse du climat, ne suffisent à arrêter son enthousiasme, car le rôle du semeur est de semer, indépendamment des circonstances extérieures. Cet excès de zèle assorti d’un positivisme à nul autre pareil, donne déjà au semeur, le gage d’une victoire sur la nature, qui a encore du mal à s’adapter et à accepter les grains.

Il n’existe surement pas, parmi les agriculteurs humains, ceux qui prendraient le risque de façon consciente, d’engager leurs grains sur des terres hostiles ; ceci s’apparenterait à une entreprise perdue d’avance et à un investissement digne d’un agriculteur insensé, car tout investissement a pour objectif, la rentabilité et un semeur ne sème que là où il est sûr d’obtenir des fruits de sa semence, rien de plus logique dans l’ordre naturel des choses. Le semeur dont parle l’évangile de ce jour, sort donc du cadre des semeurs ordinaires, de même que les différentes terres. Insensé, inconscient, imprudent, tous les qualificatifs peuvent lui être attribués à raison, mais c’est ignorer à la fois, le semeur et ses grains.

La caractéristique unique de ce semeur dont nous parle l’évangile, est d’être le maitre de l’univers, c’est-à-dire, maitre, aussi bien des grains, des différentes terres, que des différents changements climatiques. Ce qui lui donne d’être aussi le maitre de tous les autres semeurs. La Parole de Dieu, est le seul Grain par excellence qui est répandu sur toutes les terres (peuples du monde), et ceci malgré l’accueil qu’on lui réserve. Et quelque soit l’hostilité des terres, la Bonne nouvelle sera toujours annoncée aux extrémités du monde. Il revient à l’être humain de faire de cette Parole le motif fondamental de son existence ; mais puisqu’il n’ya rien de plus inaccessible et de plus fermé qu’une terre de pierres et de ronces, l’humanité actuelle porte bien le nom qui lui correspond, celui de l’indifférence et du mépris vis-à-vis de Dieu, et nous qui sommes croyants, nous assumons aussi de façon tacite, à la manière de ce monde qui ignore volontairement Dieu, notre faiblesse et notre manque de persévérance face à nos difficultés et à nos soucis quotidiens ; nous sommes ces terres de ronces et de pierres, réfractaires à toute espérance, alors que le Semeur par excellence, au nom de ce qui est considéré d’Espoir démesuré aux yeux des hommes, sème sur toutes les terres, sans discrimination. Ce qui vaut à la bonne terre de donner « du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. » C’est malheureusement une réalité que ceux qui manquent d’espoir et d’espérance, sont loin de comprendre. Alors, que  « Celui qui a des oreilles, qu’il entende»!

Pata KANGUE, CSSp

112 vues

Cette publication a un commentaire

  1. Thérèse MOREAU

    Gardons-nous du péché d’orgueil qui nous ferait croire que nous, au moins, nous sommes la bonne terre et que les autres, comparativement à nous, ne sont que des lopins médiocres, indignes de recevoir le moindre grain. Peut-être sommes-nous mêmes tentés de reprocher au semeur de gaspiller le bon grain à semer! Le semeur est le Maître de la moisson! Heureusement pour nous d’ailleurs! Que l’Esprit-Saint transforme notre coeur en bonne terre pour que nous puissions donner un fruit nourrissant. Merci Père Etienne.

Laisser un commentaire