« Grande joie pour tout le peuple! » – Homélie de la veillée de Noel C, 24.12.2021

You are currently viewing « Grande joie pour tout le peuple! » – Homélie de la veillée de Noel C, 24.12.2021

Du fond de cette nuit de Bethleem, résonne le grand chant des anges : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » Ce chant annonce la fin de l’attente d’un messie, et ouvre la page du règne de la paix pour tous ceux qui croient aux promesses de Dieu.

La fin de l’attente du messie est matérialisée par un signe que l’ange va donner aux bergers : « vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Ce signe est-il nécessaire pour convaincre l’humanité qu’il s’agit du Fils de Dieu et pas d’un autre enfant qui pourrait naître à la même époque ? Que oui ! Jamais Dieu n’a fait autant de bruits autour de la naissance d’un enfant, jamais on n’imaginait le Fils de Dieu naître dans les conditions aussi pauvres, dans une mangeoire, jamais les anges n’ont chanté la gloire de Dieu à la naissance d’un enfant et jamais notre fragilité n’a eu besoin d’un signe venant de Dieu, pour nous rassurer que nous sommes enfin sauvés par son Fils dont nous professons la foi sans arrêt, souvent au prix des prières et des jeûnes interminables.

Fini donc pour nous, le temps de l’avent, fini aussi le temps des hésitations dans notre relation avec Dieu, comme si l’avent avait arrêté notre enthousiasme, et la mise en pratique des principes du vivre ensemble.  L’avènement du messie nous donne l’occasion de reconstruire les ponts de l’amour brisé par les malentendus et les incompatibilités, de renoncer aux éléments précurseurs de la division fraternelle, à condition que chacun de nous participe à la réalisation de cette paix à laquelle nous sommes tous conviés.

« Paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime », aux hommes que Dieu aime ; ne peuvent faire partie de la liste des bien-aimés de Dieu que ceux qui accueillent le Fils de Dieu comme sauveur de tous, entendu comme unificateur de la multitude des contraires que nous sommes. Le premier miracle de Jésus résiderait donc dans sa mission première : sauver l’humanité entière en ramenant à Lui tous les hommes aussi différents soient-ils. C’est le sens de la paix dont parlent les anges. Il n’y a pas de paix sans réconciliation, tout comme il n’y a pas de réconciliation sans objectif commun : le désir de vivre en frères, au nom du Christ, sauveur de tous, car tout comme Isaïe, l’ange annonce la naissance d’un Roi, qui fait de nous, le peuple du royaume, appelé à observer les mêmes règles pour la bonne marche de notre royaume ou plutôt, le royaume de Dieu : la paix pour tous, qui procurera à chacun, sa joie de vivre, et la liberté de s’exprimer en enfant de Dieu, là où notre rancœur risque de faire taire le chant des anges qui résonne en nous, en cette nuit de naissance du sauveur!

Pata KANGUE, CSSp

66 vues

Cet article a 2 commentaires

  1. AMETA

    Bel enseignement Merci

  2. Thérèse MOREAU

    Merci Père Etienne. Puissions-nous entendre et accueillir la joyeuse nouvelle chantée par les anges: Il nous est né un Sauveur! Paix sur la terre, Paix en nos coeurs. La Paix, don de DIeu, comme vous le dites, à tous ceux qui accueillent en Jésus le Sauveur, et qui sont prêts à le laisser agir. Bonne octave de Noël!

Laisser un commentaire