A qui irions-nous Seigneur ? – Homélie du Samedi de la 3ème semaine de Pâques, 02.05.2020 Année A

A qui irions-nous Seigneur ? – Homélie du Samedi de la 3ème semaine de Pâques, 02.05.2020 Année A

PREMIERE LECTURE – Livre des Actes des Apôtres 9, 31 – 42.   
PSAUME – 115 (116b)  « Comment rendrai-je au Seigneurtout le bien qu’il m’a fait ? » 
Evangile de  Jésus-Christ selon saint Jean 6, 60-69

Jésus est le spécialiste des miracles et des signes inédits et tout cela, les disciples en sont convaincus, parce qu’ils ont vu de leurs propres yeux, les merveilles du Seigneur. Mais ce Jésus est aussi le Pain de vie descendu du ciel pour nourrir les hommes afin de leur donner la vie éternelle, et en cela, il est devenu source de découragement et de scandale au point de faire fuir certains de ses disciples qui, hier encore acclamaient ses prouesses en forme de spectacle : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? » La question doit être posée autrement. Le Christ, ami des pauvres et des abandonnés, Lui le médecin des malades aurait-il subitement la parole rude à l’endroit de l’humanité ? Certainement  pas !

Le point focal des disciples a été le caractère spectaculaire des miracles qui apportaient la satisfaction immédiate de leurs besoins à l’occurrence l’épisode de la multiplication des pains. Cette dernière nous rend tous complices d’une foi adaptée à la réponse que le Christ apporte dans notre vie, en d’autres termes, nous ne croyons au Christ que quand il peut résoudre nos problèmes, et alors, il reçoit tous les qualificatifs de gloire et d’honneur, et nous sommes prêts à faire de Lui, notre roi à l’image de ceux qui le cherchaient le lendemain du miracle des pains. C’est justement cette image erronée de Lui que Jésus veut dissiper. Il faut qu’au-delà de l’instant présent, l’être humain se rappelle qu’il est façonné par l’Esprit de Dieu, il est donc appelé à rentrer vers son créateur, et en ce moment précis où le Christ est physiquement au milieu d’eux, les disciples doivent profiter de son corps qu’il leur donne à manger comme moyen d’accès à la vie éternelle. En toute objectivité, pensez-vous qu’une telle analyse soit facile à comprendre à travers nos catégories humaines ? Pas étonnant donc que « beaucoup de ses disciples s’en retournèrent  et cessèrent de l’accompagner. » Cependant, bénis soient-ils ceux qui, à travers les miracles du Christ, entrent dans le mystère de Dieu et deviennent aux aussi à l’origine des miracles au nom de Jésus.

« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. » Après le départ d’un nombre de disciples, Pierre confesse une fois encore la divinité de Jésus et il a raison de le faire, car le Christ le lui rendra bien. La guérison d’Enéas et la résurrection de Tabitha dans la première lecture confirme la foi de Pierre en son maître. Pas de gloire personnelle cependant devant ces cas. Pierre agit au nom de son maître  dont il respecte scrupuleusement  les principes en de circonstances similaires ; de même que Jésus priait son Père qui l’a envoyé, Pierre prie le Christ au nom duquel il doit opérer les miracles. Il sait que personne ne peut venir à Jésus si cela ne lui est pas donné par son Père. Il sait aussi que sur le plan spirituel, le nom de Jésus n’est pas un fond de commerce qu’on doit galvauder à tort et à travers. Avis donc aux vendeurs d’illusions qui font des promesses fallacieuses sous le prétexte du nom de Jésus !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
66 vues

La publication a un commentaire

  1. thérèse Moreau

    Cher Père Etienne, vous nous ramenez toujours à l’essentiel: la foi en Dieu, en Jésus, en l’Esprit. Un Dieu qui nous aime, qui seul peut nous sauver. Lui seul sait ce qui est bon pour nous. Quant à nous, Il ne réclame que notre foi et notre amour, et de l’accueillir tel qu’Il est et non pas tel que nous L’imaginons.Et c’est là que notre pesanteur humaine et pécheresse nous joue de vilains tours. Nous sommes si souvent à côté de la plaque. Merci de nous le rappeler avec patience et grande compétence.
    Que la Vierge Marie vous protège et vous accompagne. Merci.

Laisser un commentaire