Homélie du 6è Dimanche de Pâques A, 14.05.2023, « Sous la mouvance de l’Esprit »

Actes des Apôtres 8, 5-8.14-17
Psaume – 66 (65)

1 Pierre 3, 15-18

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 15-21

Dimanche dernier, la première lecture nous relatait les circonstances dans lesquelles sept disciples furent choisis par les apôtres, afin de se consacrer exclusivement au service des tables (diaconie), destiné au bien-être matériel des veuves dans la communauté : ««  Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables. Cherchez plutôt frères, sept d’entre vous, des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge. En ce qui nous concerne, nous resterons assidus à la prière et au service de la Parole.» L’idée d’origine était donc de séparer les charges de façon claire : le service des tables d’une part, celui de la prière et de la Parole, d’autre part. Philippe fait partie des sept qui furent choisis pour la circonstance; or, l’idée originelle des apôtres a été largement dépassée par la volonté de Dieu, car les actes de Philippe ressemblent fort bien à ceux des apôtres : « Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. » Visiblement l’imposition des mains des apôtres lors de l’institution du service des tables a eu un effet plutôt inattendu, puisque, de Philippe, « Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs (…) Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. » Il n’y a donc aucun doute sur le fait que l’Esprit souffle où il veut et quand il veut. Cet Esprit n’appartenait pas aux apôtres, mais à Dieu qui, par le Christ, le leur a fait don selon la propre promesse du Seigneur : « je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité (…), il demeure auprès de vous, et il sera en vous. »

Comment un disciple institué pour le service des tables est-il devenu, sans le nommer, acteur apostolique, assumant à la fois le service de table et celui de la Parole? Il n’y a en Philippe, aucune tentative d’appropriation de la fonction des apôtres, il y a tout simplement en lui, comme en tous ceux qui ont reçu l’imposition des mains au nom de Jésus, les effets de l’Esprit Saint qui agit selon la volonté du Christ. En voulant résoudre une question purement matérielle, les apôtres ont oublié qu’une imposition des mains qui invoque l’Esprit de Dieu au nom Jésus-Christ, dépassait les limites du cadre purement matériel. C’est aussi notre erreur à nous : réduire notre vie de foi au matériel, ignorant l’importance et la force de l’Esprit Saint dans notre vie spirituelle. Toute mission d’Église est mission du Christ qui en définit lui-même les fondements. Il peut donc aussi en donner une orientation qui échappe aux prévisions de ceux qui ont la charge de conduire ses brebis. C’est justement ce qui s’est passé dès l’origine de l’Église ; Philippe est la preuve que l’Esprit Saint ne se soumet pas forcément aux prévisions des apôtres. Le défi de l’Église aujourd’hui, est de lire les signes des temps en écoutant la voie de l’Esprit Saint qui nous conduit là où Dieu nous attend véritablement.

Pata  KANGUE, CSSp

127 vues

Laisser un commentaire