« Voix de celui qui crie dans le désert» – Homélie du 2e Dimanche de L’Avent, 06.12.2020 Année A

« Voix de celui qui crie dans le désert» – Homélie du 2e Dimanche de L’Avent, 06.12.2020 Année A

Première Lecture :- Lecture du livre du prophète Isaïe  40, 1-5.9-11
Psaume 84 (85)  «Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. »
Deuxième Lecture : Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre apôtre 2 P 3, 8-14
Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 1-18

Décembre et ses joies; Noël et fin d’année, synonymes des célébrations religieuses d’abord, (réveillon et st Sylvestre), et de fêtes familiales ensuite (Père Noël, cadeaux et réjouissance). Si ce tableau convient à certains en cette année 2020, d’autres par contre restent marqués par les effets imprévisibles de la pandémie du Covid 19 qui s’imposera à leur table sans y être invité : célébrations eucharistiques suspendues, froideur de Décembre au sens propre et au sens figuré, et pour cause, le confinement sera encore le maitre de cérémonies par endroit. Et de ce fait, les textes de ce dimanche revêtent un caractère à la fois anachronique, parce que la voix de Jean-Baptiste qui crie au désert ne rend pas objectivement compte de notre réalité, dans la mesure où son appel à la conversion préparait l’arrivée du Messie ; or nous sommes des baptisés dans le Christ par l’Esprit Saint, ce qui annule par ce fait même « la voix de celui qui crie dans le désert ». Cependant ces textes restent d’actualité, parce qu’en fin de compte, il nous faut nous préparer de façon permanente, « sans tache ni défaut, dans la paix » comme le dit saint Pierre dans la deuxième lecture, et cela en vue d’une nouvelle arrivée du Christ dans notre contexte si déprimant et harassant. Voilà l’avent 2020 de tous les paradoxes.

« Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. » Rendre droits les sentiers du Seigneur suppose au préalable qu’on rende droits nos propres sentiers sur lesquels notre destinée commune est appelée à se réaliser en Jésus-Christ, le messie universel : « Que tout ravin soit comblé », invitation à radier toute pensée et toute action qui peuvent être occasion de chute et donc néfastes à l’évolution de soi et de tous: envie, jalousie. « Toute montagne et toute colline abaissées ! » C’est l’appel à la lutte incessante contre l’orgueil et l’égo. L’incarnation du messie a ouvert une porte d’entrée vers une humilité dont notre nature humaine a du mal à s’accommoder en raison de notre orgueil. Chacun de nous est donc appelé à faire preuve d’un abaissement en considérant les autres aussi importants que soi. 

Au regard de tout, il n’ya qu’une seule chose qui nous préoccupe au cœur des tumultes en ce temps de l’avent 2020 : « ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle », espérance d’un monde sans embûches dans lequel règnent la paix et l’amour, espérance d’une fin d’année sans pandémie.

Bonne continuation de l’avent !

Pata  KANGUÈ, Cssp.
38 vues

Laisser un commentaire