La grandeur de Dieu – Homélie du Mercredi de la 12è semaine du Temps ordinaire, 24.06.2020 Année A

La grandeur de Dieu – Homélie du Mercredi de la 12è semaine du Temps ordinaire, 24.06.2020 Année A

Nativité de Saint JEAN-BAPTISTE

PREMIERE LECTURE – Lecture du lecture du livre du prophète Isaïe 49, 1-6
PSAUME –138 (139) «Je te rends grâce, ô mon Dieu,pour tant de merveilles. »
Lecture du livre des actes des apôtres 13, 22-26
Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1, 1, 57-66.80

Dans l‘évangile de ce jour, Luc présente les parents de Jean-Baptiste en situation de louange au Seigneur.Tout leur entourage vient célébrer avec eux la naissance extraordinaire de leur fils dont nous aussi nous célébrons la nativité en ce jour.

Zacharie est prêtre au temple, c’est-à-dire chargé d’offrir le sacrifice au nom du peuple. Il est donc un des intercesseurs les plus écoutés de Dieu et en tant que tel, il ne peut ne pas être juste, puisque l’identité du prêtre au temple est de se présenter saint devant le Seigneur. Et on n’accède pas à cette fonction si l’on n’a pas une expérience suffisamment profonde de Dieu, si l’on n’est pas passé par des épreuves qui éprouvent la qualité de notre foi. Et d’épreuves, Zacharie et sa femme Élisabeth n’en connaissent que trop : tous deux avancés en âge, et sans enfants, dans cette société où ne pas avoir de descendance était souvent source de moqueries. Et c’est mystérieusement dans ce quotidien aux allures tranquilles mais pourtant psychologiquement troubles, que Dieu se manifeste à ce couple dans sa vieillesse, au moment de la vie où l’on pense à tout, sauf à avoir un enfant. La présence de l’entourage n’est donc pas anodine, elle reflète l’émerveillement qui a traversé les limites des parents pour se propager à tous ceux qui, désormais découvrent la gloire de Dieu parmi les hommes. La naissance de Jean-Baptiste, aussi bien que celle de tout enfant, n’a rien de magique, mais de mystérieux, car elle est la preuve qu’au-delà de notre condition biologique, Dieu reste le maitre de la vie et de l’existence entière. Isaïe dans la première lecture parle même de ce Dieu qui est à l’origine de sa vie bien avant sa naissance : « Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur », tout comme il façonna Jean-Baptiste pour qu’il soit le précurseur du Christ. Il n’est donc pas étonnant qu’au nom de la foi, ceux qui espèrent en Dieu, connaissent un jour la joie d’être père ou mère. La nativité de Jean-Baptiste est la preuve qu’à tout âge, toute vie est encore possible au nom de Dieu.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
57 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Mais oui, tout est possible à Dieu. Et tout devient possible ( ou presque) à celui ou celle qui remet sa vie avec confiance entre les mains de son Dieu. C’est Lui qui donnera alors la fécondité qu’Il voudra à notre vie, et pour la mission qu’Il nous aura confiée. Bien sûr , les critères de fécondité de Dieu ne correspondent pas toujours à l’idée que nous nous en faisons. Mais une chose est sûre, c’est que chacun, à notre place, là où nous sommes, est appelé par son nom et que chacun de nous est façonné par Dieu, dès le sein de sa mère,en vue d’une mission propre qui le dépasse.
    Que l’Esprit nous rende disponible pour répondre à l’appel de Dieu et qu’Il nous aide à discerner ce que Dieu attend de nous, dans l’état qui est le nôtre. Merci, cher Père Etienne, pour cette homélie aussi copieuse qu’exigeante.

Laisser un commentaire