La couronne du roi – Homélie du Vendredi Saint, Célébration de la Passion. 10.04.2020 Année A.

La couronne du roi – Homélie du Vendredi Saint, Célébration de la Passion. 10.04.2020 Année A.

                        

PREMIERE LECTURE – Lecture du livre du prophète Isaïe 52, 13 – 53, 12
PSAUME 30  « Ô Père, en tes mainsje remets mon esprit! »    
Deuxième lecture : Lecture de la lettre aux Hébreux 4, 14-16 ; 5, 7-9
Passion de notre Seigneur Jésus-Christ selon saint Jean 18, 1 – 19, 42

« Qui cherchez-vous ? » Qui d’entre nous n’aimerait pas entendre le Christ nous poser cette question face à face en ce moment de confinement où la vie semble avoir perdu une partie de sa gaité ?  Ce serait alors une bonne occasion d’avoir Jésus avec soi et pour soi.

Ils cherchent « Jésus le Nazaréen »: Ils, ce sont les gardes et le détachement des soldats envoyés par les grands prêtres et les pharisiens, et bien sûr accompagnés de Judas, rendu tristement célèbre par la liturgie depuis mardi de notre semaine sainte. Le décor est donc planté : la nature des chercheurs, ainsi que les motivations de leur recherche. Et Jésus est là bien présent, il répond et il assume sans détour son identité face à un monde  en perte de repères qui ne croit plus en rien et se refugie derrière la liberté de penser et de juger qu’elle brandit comme raison d’être de l’existence. Et dans ce nouvel ordre du monde que notre condition humaine participe à construire tous les jours, nous reculons et nous tombons tous, à la réponse de Jésus qui nous dit « c’est moi », le Nazaréen !

Entre l’acte odieux de Judas et le reniement de Pierre auquel le Christ n’accorde pas d’importance, sachant très bien que notre nature humaine est ainsi faite, Jésus doit affronter le jugement du monde devant Pilate, comme s’il rendait compte de sa mission à l’humanité qu’il est venu sauver ; et en réponse à son statut, il n’ya pas mieux que les épines pour symboliser les péchés de chacun d’entre nous, fixés sur sa tête sous la forme d’une couronne. Ainsi,  sans le savoir, nous sommes tous devenus à travers les bourreaux, des faiseurs de Roi de l’humanité, de celui qui l’était déjà dès le commencement du monde : Jésus Fils du Père.

« Qui cherchez-vous ? » Quelle grâce immense de trouver le Christ après l’avoir cherché !  La question de Jésus nous donne l’opportunité de purifier nos motivations dans nos relations avec les autres et avec Lui. Elle nous impose une compréhension objective de notre propre vie fondée  sur la raison d’être de notre foi, ou plutôt de ce qu’il en reste encore face au déni de DIEU dans le monde d’aujourd’hui. Heureusement qu’il y a toujours une présence permanente qui nous rappelle la porte d’entrée du Christ dans le monde : au début et à la fin de son histoire humaine, se trouve  Marie sa mère.»   Ave Maria !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp.

Laisser un commentaire