Le Jeûne des disciples – Homélie du Samedi de la 13è semaine du Temps ordinaire, 04.07.2020 Année A

Le Jeûne des disciples – Homélie du Samedi de la 13è semaine du Temps ordinaire, 04.07.2020 Année A

PREMIÈRE LECTURE – Lecture du livre du prophète Amos 9, 11-15
PSAUME –84 (85) « Ce que dit le Seigneur, c’est la paix pour son peuple »
Évangile de  Jésus-Christ selon saint Matthieu 9, 14-17

Les habitués du langage informatique savent ce que signifie l’expression « mise à jour ». Elle désigne un processus par lequel le système informatique installe des nouvelles fonctionnalités plus adaptées aux exigences du temps, en vue d’un meilleur rendement ; trêve de spéculations sur l’informatique et revenons à la question que les disciples de Jean-Baptiste posent à Jésus : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » on imagine que la période devrait être celle prescrite par la loi de Moïse pour le jeûne, on imagine également que les disciples de Jésus comme il est de coutume lorsqu’ils sont avec le Christ, sont une fois encore passés maitres dans l’art de violer certains aspects de la loi, ce qui peut heurter un peu l’entourage.

« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? » Jésus rappelle juste aux disciples de Jean-Baptiste que la raison d’être de Jean-Baptiste était de préparer la venue du Seigneur dans la stricte observance de la loi prescrite par Dieu. L’humanité n’aurait pas compris la volonté de Dieu sans l’application stricte des consignes, elle n’aurait pas compris non plus le rôle du messie, si elle n’était pas préparée à entrer dans le projet du salut, c’est-à-dire, si elle n’avait pas accepté que le Christ est bel et bien celui qui nous sauve. Le jeûne, tout comme d’autres types d’ascèse, étaient des voies de purification en prélude à l’arrivée du messie, Roi de l’humanité et époux de l’église qu’est la communauté des fils de Dieu rassemblés en son Nom. Les disciples de Jésus ne peuvent donc plus jeûner pendant que Jésus est au milieu d’eux, ce serait paradoxal vis-à-vis de la mission du Christ, car la présence du messie est une réponse à la préparation qui a précédée sa venue dans le monde. Quand on se prépare à accueillir un invité, on ne continue pas les préparatifs pendant qu’il est déjà là, on l’accueille tout simplement. Il ya un temps pour tout ; un temps pour les préparatifs, et un temps pour l’accueil. Les disciples de Jésus sont dans la mouvance de l’accueil de leur maitre en tant que Fils de Dieu au milieu des hommes.

La présence du Christ ne signifie cependant pas  l’abolition de la loi, ce qui serait aussi un autre paradoxe, car Jésus sait qu’il devra retourner vers son Père, alors ses disciples apprendront à mettre en pratique tout ce qu’ils auront appris de Lui. Le Christ était une mise à jour de la compréhension de Dieu dans le monde. Et comme il l’a dit lui-même, après son départ de ce monde, aujourd’hui encore, nous jeûnons de nouveau, dans le but de vivifier l’esprit de pentecôte qu’il ya en chacun de nous: «  des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. »

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
83 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Merci, Père Etienne, pour cet éclaircissement important dans la compréhension de la place du jeûne dans la vie spirituelle. Il est un bon moyen pas un but en soi. Il creuse en nous la place pour accueillir et, comme vous le dites, “vivifier l’Esprit de Pentecôte”. Rien à voir avec les jeûnes à la mode qui sont proposés , souvent dans un but ésotérique. Le jeûne pour lui-même n’a aucun intérêt, (sinon thérapeutique à condition qu’il soit de courte durée).Mais le jeûne auquel nous sommes invités à certains moments nous aide à creuser en nous le désir, la faim de Dieu. Cela va effectivement bien plus loin que le respect d’un rite imposé parla loi, même s’il s’agit de la loi de Moïse. Merci de continuer à nous accompagner pour que nous allions toujours un peu plus loin dans la compréhension de la Parole de Dieu.

Laisser un commentaire