Homélie du Dimanche de Pentecôte A, 28.05.2023, « La Grâce de l’Esprit Saint : à chacun ses dons »

Actes des Apôtres 2, 1-11
Psaume – 103 (104)

1 Corinthiens 12, 3b-17. 12-13

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20, 19-23

«  Recevez l’Esprit Saint » : Jean dans son Evangile pose déjà le cadre de l’origine de l’Esprit Saint qui est en nous ; il vient du Seigneur Jésus et non de nos fantasmes démesurés qui font pousser des ailes à certains d’entre-nous, passés maîtres dans l’art de se refugier derrière l’Esprit Saint pour accomplir des forfaits dont seuls les auteurs connaissent les secrets. Les apôtres ont une consigne bien claire, celle de remettre ou de maintenir les péchés au nom de Jésus : « À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » L’Esprit Saint donné par le Christ a donc pour fonction de faire connaitre la volonté du Père afin que tout être humain vive des principes édictés par le créateur. Cet Esprit Saint n’a pas pour fonction de jouer aux supers puissants capables comme le Christ, de transformer l’eau en vin, bien que…

Dans la première lecture, nous voyons les premiers effets de l’Esprit Saint sur les apôtres et sur leur entourage. Ces effets sont ceux de la transmission de la Parole en langues diverses, afin que chacun de ceux qui vivent sur l’humanité entière, comprenne ce que dit l’Esprit de Dieu : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? » Il n’y a pas de miracle que d’entendre quelqu’un parler en votre langue maternelle, sans au préalable être initié à l’étude de votre langue. Si les diverses foules sont dans l’émerveillement total, c’est parce que le message reçu en chacune des langues, était limpide. Il ne s’agit donc pas d’un Esprit source de méli-mélo, ou de cacophonie digne d’un tintamarre, mais un Esprit Saint, dont le caractère de la Sainteté consiste à exprimer le Dieu trois fois Saint en son Fils. Ainsi, tout don de langues qui tient son origine de l’Esprit Saint, doit s’assurer que le message exprimé est de Dieu, et qu’il est compréhensible. Toute autre forme de don en langues qui ne respecte pas ces critères, n’est que spectacle et esprit de Babel, c’est-à-dire, inaudible, incompréhensible et purement humain. En effet, à cause de leur grande prétention à vouloir construire la tour de Babel qui défierait Dieu, ce dernier divisa les êtres humains par un Esprit qui sema des langues inaudibles, ce qui mit fin à leur projet de construction. (Genèse 11, 1-9). A la Pentecôte, Dieu envoie un Esprit de langues, qui s’incarne dans le vécu et la culture de chacun, afin que, par des charismes divers, et dans leur diversité, tous les peuples connaissent et louent l’Unique et Vrai Dieu créateur du ciel et de la terre, par son Fils Jésus-Christ. C’est ce que saint Paul nous explique dans la deuxième lecture de ce jour : « Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. », et puisque qu’à chaque membre du corps correspond une fonction précise, ainsi en est-il de chacun de nous, membre du Corps qu’est le Christ ; nous n’avons pas les mêmes dons. Les manifestations de l’Esprit Saint nécessitent de notre part, un processus de discernement qui puisse nous recadrer face à nos élans surdimensionnés. A chacun ses dons pour le bien de tous, car « à chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien. »

Pata  KANGUE, CSSp

71 vues

Laisser un commentaire