Homélie du  4è  Dimanche du T.O.A ; 29.01.2023, «Heureux… »

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
Sophonie 2,3 ; 3,12-13
Psaume 145 (146), 7…10
2 Corinthiens 1,  26-31
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5, 1-12a

« Heureux… »

Trois catégories sociales font généralement l’objet de maltraitance dans la bible : la veuve, l’orphelin et l’étranger. À ces catégories, le psaume de ce dimanche a ajouté les opprimés, les affamés, les enchaînés, les aveugles et les accablés. Toutes ces catégories ont un point commun : elles sont victimes de l’oppression et du mépris. Ce psaume stipule de façon tacite qu’au préalable, il ya eu une condition malheureuse des personnes dont on parle, et qu’après cette étape de vie, Dieu fait d’eux, des bénéficiaires de sa grâce et du bien-être. Il ya donc dans ce psaume, une sorte de victoire de l‘espérance sur le désespoir, victoire de la dignité humaine sur le rejet que la société peut développer à l’endroit des pauvres, victoire enfin, de la justice divine sur le déséquilibre social dont les puissants de ce monde sont des précurseurs. Il ne s’agit ni d’un rêve, ni d’un idéal difficilement réalisable, comme si le psalmiste encourageait une certaine résignation dans la condition de pauvreté et d’injustice. Il s’agit de l’expression de la foi sous sa forme la plus pratique, qui stipule que l’espérance est bien au-delà de la souffrance matérielle. Pour bénéficier de cette espérance, il faut avoir vécu un parcours de vie pleine d’épreuves et de persévérance, pleine de sacrifice, à l’image du peuple d’Israël dont l’espérance a finalement eu raison sur les conditions inhumaines imposées par un exil forcé à Babylone. C’est donc du retour de cet exil que le peuple, joyeux de retrouver sa terre natale de Jérusalem, chante sa reconnaissance et les béatitudes au Dieu qui n’abandonne pas ceux qui lui restent fidèles.

Des béatitudes, il en est justement question dans l’évangile de ce dimanche : « Heureux les pauvres de cœur…Heureux ceux qui pleurent…Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice… le royaume des cieux est à eux…ils seront consolés…ils seront rassasiés…» Rien de paradoxal dans ces déclarations du Christ. Seuls ceux qui savent que la gloire du Seigneur s’offre au prix de l’endurance et de la persévérance, peuvent comprendre ces paroles. Du haut de cette montagne sur laquelle il s’est assis, Jésus observe la foule qui le suit. Dans cette foule, il ya un peu de tout : des riches sans doute, mais surtout des pauvres au sens propre (pauvres matériels) et des pauvres au sens figuré (pauvres de cœur). Comme dans le psaume, les béatitudes, ou alors ce discours sur la montagne de Jésus, rétablit tous les exclus dans leur dignité d’enfant de Dieu en la personne du Christ. Chacun a besoin d’une consolation qui soit exempte de toute prise de tête et de toute condition préalable. Le discours sur la montagne correspond très bien aux attentes de  ceux et celles qui cherchent une paix et une tranquillité dépourvues de toute condition pouvant les aliéner, afin d’atteindre  le but principal des béatitudes qui est de nous rendre « heureux… »

Pata KANGUE, CSSp

151 vues

Laisser un commentaire