Homélie du  5è  Dimanche du T.O.A ; 05.02.2023, « De la charité… tout simplement »

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
Isaïe 58, 7-10
Psaume 111 (112)
1 Corinthiens 2, 1-5
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5, 13-16

« De la charité… tout simplement »

« Ainsi parle le SEIGNEUR : Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. » Le devoir de charité que le prophète rattache à la crainte de Dieu, semble échapper à certains. Isaïe parle à un peuple qui rentre de l’exil et qui essaye de se replonger petit à petit dans la pratique du culte divin. Le prophète rappelle donc les caractéristiques du véritable culte rendu à Dieu : la charité envers son prochain. Le passé douloureux de l’exil à Babylone n’a pas laissé de souvenirs glorieux ; et même si Dieu a fini par écouter les cris de son peuple en le ramenant enfin sur sa terre, les comportements comme l’individualisme et l’orgueil, font bon ménage chez certains. Isaïe redit le principe de cohésion sociale basée sur l’accueil, le partage et le souci du plus pauvre.

Rien de nouveau dans le quotidien de notre foi, rien de nouveau dans le quotidien de notre vie de plus en plus difficile et dont les conditions sociales favorisent davantage un repli sur soi et un individualisme tacite, parfois involontaire. Rien de nouveau non plus, en ce qui concerne le devoir de charité pour nous qui sommes fils de Dieu en Jésus-Christ. Nous sommes donc nous aussi, concernés par l’exhortation du prophète Isaïe. Heureusement que tout ne s’arrête pas qu’aux exigences ; Dieu connait et reconnait les efforts de chacun de nous et il rend à chacun selon ses œuvres ; « Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite…Alors, si tu appelles, le SEIGNEUR répondra ; si tu cries, il dira : Me voici. » Cette promesse de récompense  n’est ni une condition, ni un chantage préalable que Dieu fait à tout acte de charité, car toute action de Dieu envers l’homme est de l’ordre de la gratuité, et l’homme devrait faire de même pour son semblable.

L’évangile de ce dimanche reprend à sa façon et de manière plus large encore, le code de conduite des fils de Dieu. En déclarant que nous sommes sel et lumière du monde, Jésus nous rappelle qu’en enfants de Dieu, nous devons vivre dans le monde, de manière conforme à la loi de Dieu : « De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » Ici, comme en toute chose avec Jésus-Christ, seule la gloire de Dieu (et non la nôtre), doit être au centre de notre vie. Tout chrétien est donc la porte de Dieu ouverte au monde, par le témoignage de vie qui apporte quelque chose de nouveau. La lumière n’a de sens que si elle éclaire l’espace dans lequel elle brille, et le sel n’a de sens que s’il apporte du goût aux aliments. Tout geste de charité n’a de sens que s’il apporte du bien à l’autre, sans narcissisme de celui qui le pose, mais dans une humilité qui exprime celle du Christ qui s’est abaissé pour le monde. C’est de la charité… tout simplement.

Pata KANGUE, CSSp

100 vues

Laisser un commentaire