Homélie du 5è Dimanche de Pâques A, 07.05.2023, « Au service de la Parole »

Actes des Apôtres 6, 1-7
Psaume – 32

1 Pierre 2, 4-9

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 1-12

Notre foi  est en perpétuelle construction vers l’avenir, et pour nous les chrétiens, notre avenir est fixé sur le Christ qui est l’alpha et l’Oméga, le début et la fin de toute chose dont l’absence dans notre vie peut être un signe de bouleversement: « je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi.» Rien de plus rassurant que d’être avec le Christ, car ce bonheur n’est pas destiné à ceux qui ne sont pas de Lui et qui ne comprennent rien de Lui. Jésus parle à ses apôtres, aux gens qui ont une expérience de vie personnelle et qui ont adhéré à un itinéraire de vie avec Lui. On ne peut comprendre le Christ que si l’on entre à l’école de sa grâce, en acceptant de se laisser guider par la foi en Lui, qui est le fils de Dieu, au dessus de toute créature. C’est bien ce qu’ont fait les apôtres ; être à la suite de leur Maître. Or, être à la suite du Christ n’annule pas les réalités terrestres de notre existence quotidienne, car entre assurance de la présence du Christ et la recherche de notre avenir, il y a le présent qui nous exige d’être tout aussi réalistes sans se détourner de l’essentiel qui est le Christ justement. C’est le maintien de cet essentiel qui est la priorité des apôtres dans la première communauté. Face à la nécessité du besoin matériel, et de la justice dans le partage équitable des ressources, les apôtres vont revenir au fondement de leur communauté, sans toutefois tourner le dos au bien-être de tous ceux dont ils ont la charge d’annoncer l’évangile du Christ, d’où cette suggestion à l’ensemble des disciples : «  Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables. Cherchez plutôt frères, sept d’entre vous, des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge. En ce qui nous concerne, nous resterons assidus à la prière et au service de la Parole.»

Cette solution des  apôtres, que l’Église a qualifié de l’institution de la diaconie, mit fin aux tensions au sein de la communauté. Elle nous rappelle encore aujourd’hui, qu’une évangélisation déconnectée des réalités sociales, prêche pour sa chapelle, c’est-à-dire, qu’elle court le risque de ne pas être entendue par ceux et celles qui se retournent vers Dieu, justement à cause de leur précarité, et qui espèrent trouver en ce Dieu, l’amélioration de leur condition de vie. La première lecture de ce dimanche reflète à elle seule, toute la liturgie de ce jour : le psaume nous dit que Dieu veille sur ceux « qui mettent leur espoir en son amour », Pierre dans la deuxième lecture nous demande de nous rapprocher du Seigneur Jésus, car il est la pierre « choisie et précieuse devant Dieu », et dans l’évangile, le Seigneur Jésus nous rappelle qu’il est « le Chemin, la Vérité et la Vie ». C’est donc à juste titre que les apôtres, se focalisent sur la prière et sur le service de la Parole, tout en se rassurant de l’épanouissement des uns et des autres au sein de la communauté. Pour accéder au Christ qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, il faut au préalable écouter sa Parole, et pour écouter sa Parole, il faut au préalable être dans les conditions propices : la Parole s’adresse à l’homme dans sa condition terrestre, et c’est à partir cette condition, que se construit la confiance de l’homme en son Dieu.

Pata  KANGUE, CSSp

151 vues

Cette publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Merci pour cette magnifique homélie. Que l’Esprit nous garde toujours plus à la suite du Christ Chemin, Vérité et Vie.

Laisser un commentaire