De la souffrance aux miracles – Homélie du Vendredi de la 6è semaine de Pâques, 22.05.2020 Année A

De la souffrance aux miracles – Homélie du Vendredi de la 6è semaine de Pâques, 22.05.2020 Année A

Ste Rita de Cascia, religieuse

PREMIERE LECTURE – livre des Actes des Apôtres 18, 9-18
PSAUME –46 (47) «Dieu est le roi de toute la terre»
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16, 20-23a

Nous faisons mémoire aujourd’hui de Sainte Rita de Cascia, religieuse d’origine Italienne, encore appelée « Sainte des causes désespérées » et dont la dévotion a été répandue au regard des miracles obtenus suite à sa dévotion. Tout est question de foi.

L’histoire raconte que Rita était d’abord mariée à un homme extrêmement violent dont elle supporta les sévices avec une grande patience. Elle réussit néanmoins à le réconcilier avec Dieu. Après la mort de son mari et de ses fils, Rita entra au monastère des Sœurs Augustiniennes à Cascia, en Ombrie, où elle manifesta une patience dans la souffrance et une componction (le profond regret et la douleur ressentie par le fidèle après avoir offensé Dieu).

La vie de Rita ressemble à celle des apôtres sur le chemin du Christ. La souffrance vécue dans la foi intense et la confiance en Dieu forge notre esprit aux réalités d’en haut, réalités vers lesquelles nous tendons tous. Il ne s’agit pas des souffrances volontairement provoquées pour satisfaire notre instinct, mais bien de celles qui, de façon nécessaire se trouvent sur nos chemins. Toute personne à la suite du Christ doit s’attendre à la souffrance comme étape vivificatrice de sa foi (1 Pierre 1, 6-7). Dans l’évangile de ce jour, Jésus s’adresse à ses apôtres en comparant leurs futures souffrances à celle d’une femme qui enfante. Elle est dans la peine dit-il, « Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde ». La joie de vivre des merveilles du Seigneur au terme de nos difficultés, nous fait oublier nos peines ; cependant pour y arriver, il faut cultiver notre esprit à une capacité de gestion qui soit au-delà de nos sensations physiques par la tolérance, la patience et le pardon. Telle est la méthode de sainte Rita. Le miracle n’est pas seulement l’action de Dieu qui vient bouleverser notre vie par des effets spectaculaires et extraordinaires qui nous laissent pantois, mais c’est avant tout notre disposition à pouvoir accueillir ce Dieu en nous quelque soit notre état d’esprit ; heureux ou malheureux. Ce qui se passe dans la première lecture est symptomatique d’un esprit prêt à toute éventualité au nom de Jésus dans les pires situations : en effet, Paul est prêt à être jugé pour sa foi au Dieu unique par Jésus-Christ, mais curieusement le juge qui est censé le condamner devient celui qui prend sa défense. Des miracles, il y en a donc tous les jours dans notre vie. Il suffit d’avoir un esprit prédisposé et d’y croire.

Ceux qui ont une capacité à développer des vertus même dans leurs moments de souffrance, sont aussi à l’origine des miracles. Sainte Rita peut nous inspirer. Tout est vraiment une question de foi !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
103 vues

Cet article a 2 commentaires

  1. Thérèse Moreau

    Nos chemins de vie ne peuvent faire l’impasse de la souffrance physique ou autre, parce que celle-ci fait intimement partie de notre condition naturelle. Mais le Christ est venu prendre chair de notre chair. Il a pris sur lui notre souffrances, nos douleurs et notre mort .
    Son amour infini a vaincu la mort, sa croix est devenue signe de l’amour victorieux de la mort, car Il est ressuscité. Il est venu nous prendre par la main pour traverser avec nous la souffrance et la mort et que nous aussi, ressuscitions avec Lui, pour la vie éternelle.
    Il n’a pas expliqué la souffrance et la mort, ni leur pourquoi. Il les a prises sur lui pour que là où il est, nous soyons avec Lui. Que l’Esprit Saint ouvre nos yeux pour que nous découvrions les merveilles de Dieu dans notre vie ( et celle des autres) et, bien sûr, dans la vie de Sainte Rita. Qu’elle prie pour nous et vous garde, cher Père Etienne.

  2. Geraldine Beukam

    AMEN!

Laisser un commentaire