Christ et Fils du Dieu vivant – Homélie du 21è Dimanche du Temps ordinaire, 23.08.2020 Année A

Christ et Fils du Dieu vivant – Homélie du 21è Dimanche du Temps ordinaire, 23.08.2020 Année A

Première Lecture :- Lecture du livre du prophète Isaïe 22, 19-23
Psaume 137 (138) « Seigneur, éternel est ton amour : n’arrête pas l’œuvre de tes mains »
Deuxième Lecture : Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 11, 33-36
Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 16, 13-20

Tout laisse croire que les foules qui ont été à la suite de Jésus avaient pour raison première, combler le vide d’une situation de précarité que leur condition de vie a entretenue, ce qui justifie l’effectif de plus en plus grandissant autour du Christ, après les miracles dont les effets dépassaient déjà le cadre du peuple d’Israël (Les affamés rassasiés, les boiteux qui marchent, les aveugles qui voient…) L’identité et la mission de Jésus, risquent donc de se réduire à ce stade de l’épanouissement de l’homme si ce dernier n’intègre pas la dimension divine du Christ. Alors, pour Jésus il est important de recadrer les choses au risque de voir Lui-même réduire à néant l’objectif de son Père pour l’humanité, ce qui ne peut se faire sans sa révélation.

« Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Les gens, ceux qui, par ouï-dire ou par expérience personnelle, ont eu un contact avec Jésus et ont bénéficié de ses grâces, mais qui sont incapables de dire avec exactitude qui il est : Jean-Baptiste, Elie, Jérémie ou l’un des prophètes, tout y passe dans les réponses et les attributions qui lui sont faites. On ne peut pas en vouloir à ceux qui donnent cette réponse car, leur cohérence est fondée dans le fait que penser à l’un des prophètes, était déjà la reconnaissance que Dieu continue d’agir au milieu de son peuple comme il l’avait promis, et puisque tous attendent le messie qui viendrait libérer le peuple des mains de fer, ce Jésus ne pouvait pas l’être, parce qu’il n’avait ni armée, ni royaume sur lequel il siégeait. Il est donc pour les gens, un de ces prophètes.

Peut-il nous arriver de nous tromper de Dieu tout en le confessant ? Chacun est assez averti spirituellement pour répondre à cette question. Une chose est certaine, l’apôtre Pierre refuse toute confusion liée à l’identité de son maitre: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Christ veut dire, l’oint du Seigneur, le messie, et les prophètes avaient utilisé cette expression pour désigner Jésus. Fils de Dieu est le titre qu’avait donné l’angle Gabriel à Marie en parlant de l’identité de Jésus. Pierre venait donc de confirmer l’identité du Christ, par ce que l’on a appelé «  la confession de Césarée ». Pour celui qui bénéficie des merveilles du Seigneur, il n’est pas possible qu’il se trompe de sauveur ; mais il faut encore un long temps de maturité à notre esprit, afin de faire la différence entre les œuvres du Christ en nous, et les aspirations humaines prêtes à effacer cette présence de Jésus, c’est donc à juste titre que Jésus « ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ. »

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp.
44 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Merci Père Etienne pour cette clarification bien utile. Effectivement, et peut-être sans nous en rendre compte, nous nous adressons au Christ pour régler nos problèmes immédiats et matériels. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut lui en parler dans notre prière, mais il faut prendre garde que l’ampleur de nos difficultés nous fasse oublier à qui nous nous adressons: le Messie, le Fils de Dieu.Et une des missions de l’Eglise est justement de nous aider à éviter de nous tromper de Sauveur. Merci Père Etienne pour la compétence avec laquelle vous accomplissez cette double mission: mettre le Christ au centre de la vie, et donc de la nôtre et nous aider à le reconnaître comme le Messie, le Fils du Dieu vivant.

Laisser un commentaire