Protégés par l’Esprit du Seigneur – Homélie du 12è Dimanche du Temps ordinaire, 21.06.2020 Année A

Protégés par l’Esprit du Seigneur – Homélie du 12è Dimanche du Temps ordinaire, 21.06.2020 Année A

Première Lecture :- Lecture du livre du prophète Jérémie 20, 10-13
Psaume 68 (69) «Dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi »
Deuxième Lecture : Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5, 12-15
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10, 26-33

Notre confiance en Dieu est renforcée par l’expérience que nous avons de sa présence en nous au cœur des épreuves. On a beau être chrétien convaincu et convainquant, mais si Dieu ne se fait pas ressentir dans nos vies, surtout pendant nos moments les plus sombres, il reste l’objet de notre contemplation béate. Jérémie, saint Paul et tous les disciples qui se sont mis à la suite du Seigneur ont connu dès ici bas la gloire de Dieu sous la forme des miracles qu’ils ont posés au nom du Seigneur, même s’ils savent qu’être au service de Dieu ne les dédouane pas des péripéties et du calvaire de ce monde.

La liturgie de ce dimanche nous présente en premier lieu Jérémie, serviteur de Dieu et non moins sujet à souffrances de la part de son entourage. Et même si un prophète n’est pas toujours bien accueilli chez soi, Jérémie reste ferme car il sait que Dieu donne toujours les forces nécessaires à ses serviteurs pour l’accomplissement de leur mission : « le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable ». Jérémie sait aussi que la réalisation de sa mission dépend également de l’engagement du serviteur qu’il est, et de sa capacité humaine à faire preuve de bon sens devant les situations complexes ; mais en réalité, il s’agit de tout chrétien qui vit sa foi dans ce monde parfois en opposition de phase avec Dieu.

S’il ya une personne qui sait prendre de la hauteur vis-à-vis des souffrances liées à sa mission, c’est bien saint Paul. Il ya plus important dans notre vie avec le Christ que de s’attarder devant les faits et gestes de ceux qui ne comprennent rien ni à notre foi, ni à notre manière de vivre. Le Christ nous donne une opportunité de vivre en enfants de Dieu et il nous revient de prendre une décision juste : sortir de nos enfermements pour accueillir de Lui la relation qui nous fait vivre et grandir spirituellement, c’est accepter de vivre sous la mouvance de son souffle.

« Ne craignez pas les hommes… ne craignez pas ceux qui tuent le corps…soyez donc sans crainte..» triple assurance du Christ de la part d’un Dieu qui n’abandonne pas ses fidèles ; rien à voir donc avec un encouragement vers un martyre démesuré et insensé au nom de la foi ; dans l’évangile de ce dimanche le Christ réaffirme tout simplement sa proximité envers ceux qui mettent leur confiance en Lui.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp.
52 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Voilà, et il ne s’agit pas de se casser la tête pour nous demander ce que nous allons faire, ni comment.Ni même d’élaborer des projets sophistiqués et mettre en place des stratégies évangélisatrices compliquées. Non la première attitude du croyant est de se remettre entre les mains de Dieu, accueillir sa volonté et nous en remettre à l’Esprit qui saura nous guider là où Dieu nous appelle. Alors, oui, nous pourrons préparer certaines choses, mais n’oublions pas de Le laisser à la manoeuvre. C’est son oeuvre à Lui à laquelle Il nous permet de participer et non pas l’inverse. Merci Père Etienne de nous empêcher de tourner dans le vide. Bon week-end

Laisser un commentaire