« L’hospitalité qui sauve » – Homélie du 16è Dimanche du Temps Ordinaire C. 17.07.202

You are currently viewing « L’hospitalité qui sauve » – Homélie du 16è Dimanche du Temps Ordinaire C. 17.07.202

Genèse 18,1-10a

PSAUME 14 (15),1a.2-3a,3bc-4ab,4d-5
Colossiens 1,24-28
Luc 10,38-42
                                  

Peut-on crier haut et fort au manque de discernement de Marthe qui, au lieu de choisir la meilleure part comme sa sœur Marie, s’active au contraire à vouloir faire de l’arrivée du Christ un accueil comme nous savons si bien le faire ? Dans le cas d’Abraham, cette hospitalité a été source de la réalisation d’une promesse, et pas la moindre : « Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la naissance, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

Nous connaissons tous l’histoire d’Abraham et de Sara ; un couple stérile qui était devenu la risée de tout le monde. Abraham avait pourtant reçu de Dieu, la promesse qu’il serait le père de la multitude. Or, dans la vie d’un homme de foi, aussi  croyant et fidèle soit-il, il ya des choses qui, humainement peuvent briser l’espoir de la réalisation d’une promesse ; car plus les années passent, plus le temps prend le dessus sur l’espérance qui court le risque de se transformer en désespoir. Malgré tout, la fidélité d’Abraham demeura inébranlable, jusqu’à ce jour où son hospitalité lui valut finalement le temps de la réalisation de la promesse faite par Dieu.

Si l’hospitalité d’Abraham s’inscrit dans une gratuité qui ne se met en concurrence avec personne d’autre, celle de Marthe quant à elle, réclame de sa sœur Marie, une action similaire dans le service rendu. Elle est donc comprise comme « l’Accessoire »,  face à la présence réelle du Christ qui est à ce moment précis,  « l’Essentiel ». Cet Essentiel n’est pas seulement porteur du message annoncé par le Christ, mais il est le Christ Lui-même dont la présence à elle seule suffit à mettre fin à toutes les inquiétudes liées aux éléments non essentiels de notre vie. Il y a en chacun de nous « du Marthe et du Marie », cette espèce de manque de discernement qui nous commande et nous rend confus entre « l’Essentiel » et « l’Accessoire », en faisant de nous des hybrides en matière de foi. La vraie hospitalité qui sauve est celle d’Abraham, car elle ne réclame rien en retour.

PATA KANGUE, CSSp

63 vues

La publication a un commentaire

  1. Zéfack Cédric Julio

    Merci bcp padre c’était très instructif bcp de courage et continuer dans la même lancée

Laisser un commentaire