L’Esprit Saint est de Dieu – Homélie du Samedi de la 28è semaine du Temps ordinaire, 17.10.2020 Année A

L’Esprit Saint est de Dieu – Homélie du Samedi de la 28è semaine du Temps ordinaire, 17.10.2020 Année A

S. Ignace d’Antioche,
évêque et martyr

PREMIERE LECTURE – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux  Éphésiens 1, 15-23
Psaume  8 « Tu établis ton Fils sur les œuvres de tes mains»
Evangile de  Jésus-Christ selon saint Luc  12, 8-12

«  Quiconque dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. » La tolérance du Christ est assez grande pour qu’il accepte les blasphèmes des hommes à son endroit. Rien de si étonnant puisque cela aussi fait partie des éléments qui caractérisent la nature du Christ fait homme à savoir, subir les humiliations du monde par les insultes, les reniements, la profanation, jusqu’à l’épreuve de la croix, l’ultime humiliation du Fils de Dieu. Jésus ne se dérobe donc pas de tout ce qui relève des paroles blasphématoires des  humains : «  Quiconque dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ». C’est la nature même du Fils de Dieu de pardonner à l’humanité pécheresse afin que tous les hommes soient sauvés et vivent de la gloire de Dieu. C’est aussi cette nature que veut nous transmettre le Christ. Faire de chacun de nous un être de pardon véritable face aux paroles blasphématoires dont nous sommes victimes de la part de notre entourage. Cependant, Jésus marque une différence nette entre sa  mission de rédempteur, (c’est-à-dire de sauveur du monde), par le pardon des péchés, et la nature de l’Esprit Saint. L’Esprit Saint est source et principe de vie, il ne peut donc pas faire l’objet d’un blasphème.

« Si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. » Le contexte de cette phrase renvoie à un possédé qui vient d’être exorcisé par le Christ. Les pharisiens et les scribes justifient cet acte de Jésus par le pouvoir de Belzéboul, le roi des démons. Ce qui irrite profondément le Christ qui voit en leur déclaration le blasphème contre l’Esprit Saint. Il ne faut pas confondre l’esprit du mal à l’Esprit Saint, même si le premier a le don de ruse et de subtilité qui nous mène parfois sur des chemins sans issue. Au commencement, c’est l’Esprit de Dieu qui planait sur les eaux. Et c’est cet Esprit de Dieu qui a donné du mouvement à la nature entière, et c’est encore cet Esprit de Dieu qui repose en Jésus (selon la prophétie d’Isaïe), qui à son tour le transmettra à ses disciples pour la continuation de l’œuvre de son Père à travers les générations. L’Esprit Saint est l’Esprit de Dieu, et ne pas blasphémer Dieu, est la première règle de sagesse pour tout croyant.

Pata  KANGUÈ, CSSp.
86 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Bien sûr Père Etienne, et c’est pourquoi le Christ invite ses disciples à accueillir l’Esprit, le Défenseur,lui qui leur apprendra à comprendre tout ce qu’il a dit, Lui qui transforme le peureux en témoin et celui qui doute en adorateur du Père. Et on peut allonger la liste des. L’Esprit qui nous envoie les 7 dons sacrés, c-à-d la plénitude de tout ce que le Père souhaite nous offrir.Nous l’avons reçu au Baptême, et Dieu nous a confirmé son amour lors de notre Confirmation. Comment accueillons-nous l’Esprit dans notre vie? Le laissons-nous agir et prendre les commandes de notre personne? Merci Père Etienne.

Laisser un commentaire