Homélie du 31è Dimanche du T.O.A ; 05.11.2023, « Dieu, le grand Roi.»

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
Malachie 1,14b- 2,2b. 8-10
 Psaume 130 (131)
1 Thessaloniciens 2, 7b…13
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 23, 1-12

Contre qui s’insurge Dieu par la voix de son prophète Malachie, lorsqu’il constate que rien ne va plus au sein de son peuple, et que, ceux qui étaient supposés être des modèles sont devenus objet de confusion et de scandale pour les gens ? La banalité et la vulgarité ont pris le dessus sur le sacré et il n’existe plus de repères pour ceux qui cherchent encore le sens de leur vie ; même la maison de Dieu est devenue source de tourments à cause de la désacralisation dont ont fait preuve les prêtres du Seigneur. C’est donc contre ces derniers que Dieu s’insurge ; gardiens du temple et ce fait garants du lien entre Dieu et son peuple, les prêtres se sont servis de la loi comme  « occasion de chute pour la multitude », et de ce fait se sont détournés de Dieu. Le rôle du prêtre est de rendre gloire à Dieu en tout temps et d’enseigner au peuple comment rendre grâce au Seigneur en tout temps, en reconnaissant qu’il est le Dieu créateur et le grand Roi de la création. C’est pour n’avoir pas honoré ce rôle que Dieu met en garde ses prêtres, leur proférant une éventuelle malédiction par la réduction au néant, de leur puissance spirituelle ; visiblement, tout vient de Dieu, y compris la puissance qu’ont les prêtres.

Contre qui s’insurge le Christ, lorsqu’il constate que ceux qui sont les gardiens de la loi détournent cette loi à leur profit au détriment du peuple qui subit l’injustice? Ceux qui « attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens », ceux-là sont les ennemis de la loi ; et pourtant, ils sont paradoxalement les gardiens de cette loi. Ce sont les pharisiens et les scribes, ceux qui «  disent et ne font pas », ceux dont le tableau peint par le Christ est extrêmement sombre : hypocrisie, mégalomanie, exhibition à outrance en vue de la recherche d’honneur et de gloire.

En réalité, Malachie et Jésus mettent à jour le caractère charnel de  l’homme, arrivé à des limites au-delà desquelles, l’Esprit de Dieu est relayé au second plan. Ainsi, prêtres indisciplinés, pharisiens et scribes, sont les symboles d’une humanité dans laquelle le vide de Dieu suscite le besoin cruel de la présence de ce même Dieu. Ainsi, afin d’échapper à la malédiction de Dieu, l’humanité doit donc se réapproprier ce Dieu, qui est le grand Roi, et qui est à l’origine de notre existence.

Pata  KANGUE, CSSp

103 vues

Laisser un commentaire