Homélie du 27è Dimanche du Temps Ordinaire C,  02.10.2022, «…augmente en nous la foi »

Habacuc 1, 2-3 ; 2, 2-4

Psaume 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9
2 Timothée 1, 6-8. 13-14
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17, 5-10
 

L’évangile de ce dimanche se divise en deux parties: la première partie fait état du dialogue entre Jésus et ses apôtres sur la question de la foi avec à la base, cette demande fondamentale des apôtres: «  Seigneur, augmente en nous la foi ». La deuxième partie quant à elle, est une parabole du serviteur dont la mission consiste justement à ne remplir que son devoir. Le lien entre les deux est paradoxalement vite fait car, les apôtres sont des envoyés du Christ, et leur demande est contextuelle à la mission qui est la leur.

Qui peut assumer une portion de la mission du Christ sans être investi de la foi ? Les différents signes et miracles opérés par Jésus sont la confirmation que nul ne peut réaliser de telles prouesses s’il n’est pas investi par Dieu lui-même, à moins d’en être le Fils. Devant la prise de conscience de leur nature faible et limitée, les apôtres se rendent compte qu’il leur faut encore du chemin pour assumer leur identité de disciple.

Tout disciple doit suivre les traces de son maître et cela suppose d’être capable d’assumer cette tâche. Cependant, pour y arriver, il faut avoir toutes les compétences du maître. Les apôtres ne demandent pas la foi ; ce qu’ils demandent, c’est d’accroitre cette foi, afin qu’elle soit à la hauteur des capacités de leur maitre. Et c’est l’erreur fondamentale de l’être humain ; croire que la foi se mesure à l’échelle de la quantité, est une conception mercantile de l’homme qui ramène tout à la logique du calcul. La foi en Dieu ne s’exprime pas en termes de calcul, mais de confiance : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’, et il vous aurait obéi. » A la logique mercantile de l’homme, le Christ oppose la nécessité de la confiance. Si Dieu est celui qui choisit chacun de nous pour une mission, il donnera à chacun, les moyens nécessaires pour cette mission, à condition d’y croire et de se mettre à l’œuvre. Il suffit d’un peu de foi et Dieu fera le reste.

Leçon de ce dimanche : tout serviteur de Dieu ne peut réussir sa mission que s’il s’inscrit dans la logique de la confiance en Dieu qui est à la base de toute mission. La confiance est ce qui manque le plus à notre foi.

Pata  KANGUE, CSSp

95 vues

Laisser un commentaire