Au Dieu inconnu – Homélie du Mercredi de la 6è semaine de Pâques, 20.05.2020 Année A

Au Dieu inconnu – Homélie du Mercredi de la 6è semaine de Pâques, 20.05.2020 Année A

PREMIERE LECTURE – livre des Actes des Apôtres 17, 15.22 – 18
PSAUME –148 «Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.»
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16, 12-15

Ironie ou alors coïncidence de la grâce de Dieu ? Un peuple qui croit en un Dieu qu’il ne connait pas ! Tout allait si bien dans le discours de Paul ; revue de l’histoire de la création, historique de la foi, suprématie de Dieu sur l’univers. Les choses auraient pu être parfaites pour l’auditoire si Paul n’avait pas fait allusion à la résurrection du Christ comme point d’achèvement de ce Dieu qui est principe et ordonnateur de nos mouvements.

Au Dieu inconnu : rien de si alarmant finalement dans cette expression qui n’a pas été inventée par Paul, puisqu’elle est inscrite sur l’un des autels d’Athènes. Cependant le sens que renvoie cette phrase révèle à lui seul un vide à double titre : l’ignorance du vrai Dieu, et l’absence de Dieu Lui-même.

La connaissance du vrai Dieu renvoie à la compréhension de l’univers et de son origine. Du fond de notre humanité, nous devrions être capables d’apprécier la création à sa juste valeur ainsi que son auteur « qui donne à tous la vie, le souffle et tout le nécessaire. » Dieu se suffit à Lui-même, parce qu’il n’est pas créé, mais il crée et amène tout à l’existence. Celui qui sait apprécier la création saura contempler Dieu. Paul ne laisse aucun détail au hasard ; même les limites de la terre sont prises en compte pour signifier la présence de Dieu en toute chose. En réalité tout cela se résume en ceci : rien n’existe sur la terre qui ne soit de Dieu ; relisez le livre de la Genèse, semble dire Paul. Et Dieu alors, où est-il ?

L’absence de Dieu est la chose la plus dramatique pour l’être humain et pour l’univers tout entier. Une vie et un monde sans Dieu vont vers la direction du désespoir. Il ya une réalité incontournable que Paul fait savoir à ses auditeurs : à partir de son Fils, Dieu a fait tous les peuples étendus sur toute la terre « pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous ». Si Dieu n’est pas loin de chacun de nous, cela veut dire qu’il n’existe aucune absence de Dieu dans l’univers car celui qui a tout créé ne peut pas à la fois disparaitre de sa création. Dieu habite donc en chacun de nous de façon évidente. Chacun de nous porte la marque de l’Esprit de notre unique et commun créateur, et c’est là, toute la beauté de la vie en Dieu ; des fils de Dieu égaux en Jésus-Christ. Le Dieu inconnu est donc toujours connu en Jésus-Christ. Il ne demeure inconnu que pour ceux qui se moquent de la résurrection de son Fils et ne louent pas son nom.

Que tous « louent le nom du Seigneur, le seul au-dessus de tout nom » !

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
88 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Que tes oeuvres sont belles Seigneur, et toutes tes oeuvres nous parlent de
    Toi. La Création nous révèle ta grandeur, et chacune de tes oeuvres peut te louer et T’adorer. En nous créant à son image et à sa ressemblance, Dieu nous a donné de le reconnaître
    à travers ses oeuvres et d’apprendre à le connaître Lui, le Père bon et miséricordieux qui aime chacune de ses oeuvres.Que l’Esprit-Saint nous envoie en abondance le don d’adoration et de prière. Qu’il mette sur nos lèvres la louange et dans nos coeurs l’adoration et l’admiration. ” Vous toutes ses oeuvres , bénissez le Seigneur! A lui haute gloire, louange éternelle. Merci Père Etienne.

Laisser un commentaire