«Aimer ses ennemis » – Homélie du 7è Dimanche du temps ordinaire C, 20.02.2022

You are currently viewing «Aimer ses ennemis » – Homélie du 7è Dimanche du temps ordinaire C, 20.02.2022

1 Samuel 26,2.7-9.12-13.22-23
Psaume 102  (103), 1-2, 3-4, 8. 10. 12-131
Corinthiens 15, 45-49
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,  27-38

Aussi difficile que cela puisse l’être, on ne doit pas répondre au mal par le mal. C’est la leçon que nous donne David dans la première lecture de ce dimanche. Le contexte est complexe : Oint par le prophète Samuel qui ne le portait pas du tout dans son cœur, Saül est choisi par Dieu et est le roi en exercice du peuple d’Israël. Quelques temps seulement après le début de son règne, il fait preuve de monarque et de goût absolu pour le pouvoir, oubliant la fidélité à l’alliance prescrite par Dieu. Face à ce roi peu orthodoxe, la décision de Dieu est prise ; trouver un autre roi, et c’est le jeune David qui est l’élu du Seigneur, alors qu’il est encore au service du roi en exercice. La popularité et les multiples succès du jeune David vont finir par  exaspérer le roi Saül qui décide d’éliminer physiquement ce jeune « prétentieux » qui fait de plus en plus ombrage à la royauté. Or, Dieu protège toujours ceux qui lui sont fidèles. C’est ainsi qu’il protégera David en renversant la situation. En effet, Dieu donnera l’occasion à David de se venger de Saül en le tuant, mais, respectueux des choix de Dieu, David décline cette occasion providentielle qui ne tient pas compte du fait que, malgré tout, Saül reste l’oint du Seigneur, et malheur à celui qui porte la main sur l’oint du Seigneur.

David qui sera lui-même le messie du Seigneur sur le trône d’Israël, venait tout simplement de marquer son entrée à la royauté, par la grande porte, en faisant preuve de miséricorde envers les intentions démesurées d’un roi Saül, qui a perdu le sens du bon sens. Tout roi digne de ce nom, doit avoir le sens de la mesure en toute chose. C’est tout l’évangile de ce dimanche qui est contenu dans l’attitude de David : « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. » Il n’ya pas de recommandations plus incohérentes que celle-là en matière de logique humaine, et pourtant, David a pu s’élever au-delà d’une éventuelle vengeance qui lui aurait été concédée en légitime défense. C’est d’ailleurs sous le prétexte de cette légitime défense que nous arrivons à satisfaire la loi du talion qui habite en nous (« œil pour œil, dent pour dent »). La morale de tout ceci est claire : Dieu est miséricordieux et nous invite à l’être. Notre plus grande difficulté en matière de miséricorde reste psychologique, en ce sens que celui qui ne se venge pas, croit avoir perdu son honneur face à son vis-à-vis.

Pata  KANGUE, CSSp
73 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse MOREAU

    Merci Père Etienne! les textes de ce dimanche sont clairs: aimez vos ennemis! N’empêche que cela reste difficile et contraire à nos penchants naturels. C’est donc une grâce à demander parce que nous sommes, nous , incapables de pardonner vraiment .
    Seul Dieu le peut, car il est le seul miséricordieux. Bonne semaine.

Laisser un commentaire