Vivre de l’amour de Dieu – Homélie du Vendredi de la 5è semaine de Pâques, 15.05.2020 Année A

Vivre de l’amour de Dieu – Homélie du Vendredi de la 5è semaine de Pâques, 15.05.2020 Année A

PREMIERE LECTURE – livre des Actes des Apôtres 15,22-31. 
PSAUME –56 (57)  «  Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur.»
Evangile de  Jésus-Christ selon saint Jean 15, 12-17

Parmi les disciples qui accompagnent Paul et Banarbé à Antioche, il ya Barsabbas (Jude). Curieuse coïncidence ! Tout porte à croire que c’est bien Barsabbas qui fut présenté aux cotés de Matthias pour l’élection du douzième apôtre en vue de remplacer Judas Iscariote dont nous parlait l’évangile d’hier. Son choix pour accompagner Paul et Barnabé, fait donc de lui « un apôtre ». Finalement  Jésus a appelé à sa suite Matthias et Barsabbas, chacun à sa façon et pour un but précis.

Le voyage à Antioche n’est pas à prendre à la blague, car la question de la purification constitue pour bon nombre de convertis, le socle de la raison de leur adhésion à la foi en Christ. Et si les choses ne sont pas claires, certains risquent de perdre leur foi et de retourner à leurs habitudes d’antan. Tous ont désormais les oreilles vers les apôtres qui doivent fixer toute la communauté sur le lien qui existe entre pureté et circoncision. Et c’est tout à fait légitime si les attentes de la communauté sont aussi grandes, car les hommes de Dieu sont garants de la Parole dans toute sa fidélité.

Nos communautés sont à l’image de celle de la première lecture ; toujours en attente de la validation de sa foi, par Dieu qui parle à travers ses élus. L’Eglise aujourd’hui a besoin des témoins forts capables de défendre à la fois, avec rigueur et charité la Parole du Christ face à un monde de plus en plus sécularisé qui érige la banalisation des principes en valeurs normatives. Jésus-Christ est le principe fondateur et ordonnateur de son Eglise et il ne peut pas en être autrement. Ceux qui se convertissent au Christ, font acte de foi aux valeurs de charité envers les autres, ainsi qu’aux valeurs  d’espérance en la vie éternelle par la puissance de l’Esprit Saint. Ce fondement nous échappe souvent à tel point que nous plongeons dans le trouble et le désarroi, confondus que nous sommes, entre la recherche de notre épanouissement  personnel et l’orthodoxie de la Loi de Dieu : Loi d’amour, de paix et de miséricorde, qui dépasse toute lourdeur considérée comme condition préalable à notre purification. Il ya plus important dans notre relation avec Dieu que des choses qui ne nous avancent  pas : « Mon commandement, le voici: Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » nous dit Jésus dans l’évangile du jour. C’est l’un des chemins vers la purification véritable de notre être, car il n’y a rien de pur qu’un amour véritable dépourvu de toute subjectivité. Alors, à la lumière du Christ, les apôtres mettent définitivement fin au débat : « L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent » : s’abstenir de tout ce qui nous détourne de l’amour de Dieu.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
58 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    ‘C’est très clair, précis et incontournable: s’abstenir de tout ce qui détourne de l’amour de Dieu! Clair, simple et terriblement exigeant car, ce qui détourne de l’amour de Dieu, c’est justement le manque d’amour, l’incohérence de notre vie de chrétiens avec le témoignage que nous avons à donner, à vivre. Et cela, le Pape François ne cesse de nous le rappeler. Nous sommes tous appelés par le Christ, pas nécessairement à faire la même chose et à remplir le même rôle, mais nous avons tous la même mission: vivre l’amour pour Dieu et nos frères afin que le monde croie en Jésus. Merci cher Père Etienne.

Laisser un commentaire