Trouver Jésus – Homélie du Samedi de la 11è semaine du Temps ordinaire, 20.06.2020 Année A

Trouver Jésus – Homélie du Samedi de la 11è semaine du Temps ordinaire, 20.06.2020 Année A

Le cœur immaculé de Marie

PREMIERE LECTURE – Lecture du deuxième livre des Chroniques 24, 17-25
PSAUME 88 (89) «Sans fin, je lui garderai mon amour.»
Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2, 41-51

« Le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. » Faisons un peu d’histoire biblique. Jésus n’a que douze ans, et il échappe à la vigilance de ses parents en pleine fête de pâques à Jérusalem. Et l’on imagine toute la foule venue des quatre coins de la terre pour honorer ce moment prescrit par la loi. C’est donc un moment de risque pour les enfants mineures à la merci des trafiquants d’être humains, car il yen avait effectivement dans la région. Il ne faut surtout pas en vouloir à sa mère Marie et à Joseph son Père d’avoir été des parents laxistes. Il ne faut pas non plus en vouloir à Jésus d’être un enfant désobéissant, car ni Marie, ni Joseph, ni Jésus lui-même ne peuvent trouver une justification humaine à cet épisode qui est un prélude à l’accomplissement de sa mission. Tous les symboles sont réunis dans cet évangile : c’était la pâque à Jérusalem, Jésus a douze ans et il est retrouvé après trois jours d’intenses recherches.

La fête de la pâque était la commémoration de l’exode hors de l’Egypte, nuit pendant laquelle Dieu avait libéré son peuple de l’esclavage, au prix du sacrifice de l’agneau, symbole de la pâque. L’événement devait donc se fêter tous les ans selon les recommandations de Dieu à Moïse et c’est à Jérusalem, le lieu d’adoration du Seigneur, que toutes les douze tribus d’Israël convergeaient pour rendre grâce à Dieu. Jésus, agneau de Dieu deviendra le symbole de la nouvelle pâque en offrant son corps et son sang pour notre rédemption. C’est l’eucharistie célébrée sans cesse selon la recommandation du Christ.

Les douze tribus sont réunies dans la symbolique de l’âge du Christ ; douze ans. Sa présence à cet âge là devant les docteurs de la loi, confirme la fin de la prophétie et le début de la nouvelle pâque pour toutes les douze tribus d’Israël qui symbolisent l’humanité entière ; Jésus choisira plutard douze apôtres avec lesquels il célébrera le repas de la pâque au cours de la sainte scène.

Resté au temple à l’insu de ses parents, Jésus est retrouvé trois jours plutard. La nouvelle pâque qu’il incarne s’est réalisée trois jours après sa mort, trois jours de désespoir et de regrets des apôtres, trois jours au terme desquels Jésus vaincra la mort par la résurrection, c’est la pâque de la nouvelle alliance entre l’humanité et Dieu, par son Fils. Et comme toujours, celle qui est garante de toute cette vie, c’est bien Marie sa mère ; elle se trouve au début et à la fin de l’histoire terrestre de son fils, sans jamais se plaindre, mais dans le silence d’une mère qui connait son fils mieux que quiconque.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
55 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Tout d’abord Bonne fête Père Etienne. Que le Coeur immaculé de Marie , sous la protection de laquelle, vous et votre congrégation êtes placés, vous comble de Joie et féconde votre mission.
    Comme vous le dites, Marie est présente au début, et à la fin de l’histoire terrestre de Jésus. Et au moment le plus douloureux, elle est debout, au pied de la Croix. Debout et non prostrée. Debout comme une sentinelle. Confiante en son Fils qui la confie à Jean.Confiante en son Fils qui nous confie à elle. A Jérusalem, déjà, avec Joseph, elle cherche Jésus qui est déjà tout aux affaires de son Père. Il lui faudra refaire tout le chemin inverse, le chemin de retour vers Nazareth pour méditer toutes ces choses en son coeur et accompagner Jésus, dans le silence et la discrétion, dans sa mission. Puisse-elle nous aider aussi à méditer la Parole et à ouvrir notre coeur pour que nous accueillions l’amour du Père offert par le Coeur de son Fils. Merci Père Etienne

Laisser un commentaire