Sainte Brigitte : une vie, une histoire ! – Homélie du Jeudi de la 16è semaine du Temps ordinaire, 23.07.2020 Année A

Sainte Brigitte : une vie, une histoire ! – Homélie du Jeudi de la 16è semaine du Temps ordinaire, 23.07.2020 Année A

Sainte Brigitte

PREMIERE LECTURE – Lecture du livre du prophète Jérémie 2, 1-3.7-8.12-13
PSAUME –35 «En toi, Seigneur, est la source de vie »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 13, 10-17

Fêter la mémoire des saints n’est pas un signe de réduction de la foi à une vénération impropre, mais c’est la reconnaissance d’une vie menée avec fidélité à Dieu au cœur de l’univers généralement compris sous le regard purement humain. Au cœur de ce monde matériel et individualiste, des hommes et des femmes ont vécu en parfaite harmonie avec Dieu sans renier leur existence humaine. Saint Paul n’en démord pas quand il écrit aux Ephésiens en ces termes : « Vivez dans la prière… Intercédez avec supplication pour tous les saints. » (Ephésiens 6,18-19). Chacun d’eux a donc une histoire et une leçon à nous apprendre dans le processus du cheminement vers le Christ.

Sainte Brigitte : une vie, une histoire !  Brigitte Persson Suédoise de naissance, mariée à un homme de la haute classe, vécut avec son mari, de façon profondément pieuse. Une source de la revue « Magnificat » rapporte qu’à la mort de son mari, Brigitte commença à recevoir des révélations, des lumières sur la conduite de la politique européenne et de l’Eglise. Ce qui invita les rois de France et d’Angleterre à conclure la paix, et le pape Clément VI à quitter Avignon pour Rome. Grande contemplative des plaies du Christ, elle fut intimement introduite dans le mystère de la passion, et vécut le reste de sa vie dans la prière et la pauvreté volontaire. Ce dernier aspect de sa vie va la conduire à fonder « l’Ordre du Saint Sauveur », qui verra finalement le jour après sa mort, sous l’impulsion de sa fille sainte Catherine de Suède.

Nous devons à sainte Brigitte, les célèbres « Quinze Oraisons », prières de méditation qui ressemblent fort au chemin de croix. L’histoire raconte qu’en 1350, sainteBrigitte voit le Christ s’animer en croix. Il lui révélera donc quinze oraisons à réciter chaque jour pendant un an, afin d’honorer les 5480 coups reçus lors de sa passion. Une récompense énorme est alors réservée à ceux qui auront honoré les plaies du Christ pendant un an entier. Pour ceux qui ont essayé, ils savent très bien que cela ne relève aucunement d’une fable, mais d’une réalité vécue dans une prière sincère et assidue. Cet héritage spirituel de sainte Brigitte demeure encore aujourd’hui comme un trésor qu’il est probablement difficile à gagner à cause du manque d’intérêt qu’on y accorde.

Les saints ne sont pas des images figées dans la mémoire de nos souvenirs heureux, ils sont des modèles qui interpellent notre conscience sur la nécessité et la possibilité de vivre au nom du Christ. Et pour tous ceux qui portent le prénom de Brigitte, les quinze oraisons sont un moyen infaillible de redécouvrir le Christ en eux, à travers leur sainte patronne.

Père Etienne KANGUE ESSIBEN, Cssp
41 vues

La publication a un commentaire

  1. Thérèse Moreau

    Merci Père Etienne. L’exemple de sainte Brigitte nous laisse admiratifs, tant dans sa vie d’épouse et de mère, que de contemplative. Le Christ crucifié et souffrant au centre de la vie, à la manière de sainte Brigitte, ce n’est pas rien. Comme d’ailleurs la prière des quinze oraisons pendant un an, quelle ascèse! Oui, mais quelles grâces aussi! Dieu appelle chacun et chacune de façon personnelle et unique quel que soit son état de vie. Si nous ne sommes pas tous appelés à la même chose, nous sommes tous appelés à mettre le Christ au centre de notre vie, le Christ crucifié, mort et ressuscité, car nous sommes tous aimés de façon unique et infinie, et appelés à aimer et servir comme Lui.Que sainte Brigitte nous y incite et nous y aide.

Laisser un commentaire